Thèsez-vous?, l’OBNL qui réunit les étudiants malgré la pandémie | 24 heures
/misc

Thèsez-vous?, l’OBNL qui réunit les étudiants malgré la pandémie

s

 On a visité une OBNL de Montréal qui offre ce dont beaucoup d’étudiants rêvent en ce moment : une salle où se regrouper pour travailler hors de chez soi tout en respectant les mesures de distanciation sociale.

Louis Delisle - Agence QMI

«C’est un environnement qui est bien plus propice au travail que notre cuisine, notre salon ou notre chambre. Travailler dans notre chambre c’est la mort», affirme Anne Iavarone-Turcotte, une animatrice de l’organisme qui rédige aussi sa thèse de doctorat en droit. 

Thèsez-vous? offre à Montréal l’espace de travail idéal aux étudiants à la maîtrise et au doctorat. Ceux-ci connaissaient les affres de l’isolement bien avant la pandémie : comme il leur faut plusieurs années pour pondre leurs mémoires ou leurs thèses, l’organisme leur permet depuis 2015 de se rassembler pour partager leur réalité et échanger sur leurs sujets. 

Louis Delisle - Agence QMI

Popularité pré-pandémique 

Le succès de Thèsez-vous? n’était plus à défendre même avant la pandémie. «On avait 40 personnes par heure six jours sur sept», raconte la coordonnatrice de l’organisme à but non lucratif Éloïse Gauthier. 

Maintenant, les files d’attente en ligne pour se réserver une place sont bien plus garnies. Avant le confinement, l’organisme accueillait déjà 700 étudiants pour du travail en groupe. Désormais, seulement le quart est admis pour respecter les deux mètres de distance comme dans les tours à bureau et autres espaces de co-travail. Le reste des intéressés peuvent profiter de services en ligne et du soutien de la communauté sur leur groupe Facebook de 8500 membres. 

Louis Delisle - Agence QMI

«Le service en ligne qui fonctionne le mieux c’est notre projet de cohorte, des groupes qui se rencontrent en ligne une fois par semaine pour écrire ensemble et partager leur avancement», explique Éloïse Gauthier. Plusieurs étudiants à distance se retrouvent aussi sur Zoom pour rédiger en même temps que ceux qui se trouvent sur place chez Thèsez-vous?. 

Une tomate à la fois 

L’attrait principal de la rédaction chez Thèsez-vous? repose sur la technique «Pomodoro», qui veut dire «tomate» en italien. 

Développée par un chercheur dans les années 80, cette méthode veut qu’on mette 25 minutes pour exécuter une tâche complexe avant de se donner un 5 minutes de pause. «Nous on l’a adapté en 50 minutes de rédaction et en dix minutes de pause», explique Éloïse Gauthier. 

Selon elle, une «tomate» équivaut à une heure de travail en suivant la méthode «Pomodoro» dans le jargon des étudiants des cycles supérieurs, si bien qu’il n’est pas rare d’entendre des étudiants se rassembler chez Thèsez-vous? pour faire quelques tomates. 

À l’heure où de nombreux étudiants se plaignent de l’école à distance «ça prend plus de services comme Thèsez-vous?», croit Éloise Gauthier. 

Non seulement l'environnement est plus propice au travail, mais aussi à la socialisation. «Les fou-rires, les discussions, les moments où on ventile, tout ça fait une différence dans mon travail», remarque Anne Iavarone-Turcotte.