Voies actives sécuritaires : L'administration Plante doit améliorer la coordination | 24 heures
/mtl-news

Voies actives sécuritaires : L'administration Plante doit améliorer la coordination

Image principale de l'article Montréal doit améliorer la coordination
Joël Lemay / Agence QMI

L'administration de Valérie Plante doit améliorer la coordination avec l'ensemble des services de la Ville de Montréal et tenir compte des enjeux d'accessibilité universelle lorsqu'elle aménage de nouvelles voies pour cyclistes ou piétons.

Dans son rapport dévoilé jeudi matin, l'ombudsman de Montréal souligne avoir reçu plus de 300 plaintes qui ont mené à 240 dossiers traités en lien avec l'aménagement des Voies actives sécuritaires (VAS) et du Réseau express vélo (REV). La plupart de celles-ci sont liées aux retraits d'espaces de stationnement.

À lui seul, le segment du REV sur la rue de Bellechasse, porté par l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, représente près du tiers des plaintes reçues par l'ombudsman Me Nadine Mailloux.

L'aménagement simultané des VAS (pistes temporaires installées rapidement en raison de la pandémie) et de certains segments du REV (réseau permanent) a également créé la confusion chez plusieurs citoyens, souligne-t-elle.

Elle a d'ailleurs transmis une série de 15 recommandations à la Ville de Montréal sur les aménagements urbains réalisés cet été. Elle note aussi que l'accessibilité universelle doit être protégée en tout temps.

Améliorer les communications

«Je retiens que nous avons du travail à faire pour améliorer les communications faites aux citoyens, même si nous sommes dans l’urgence, même si les projets ont leur raison d’être», a réagi la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Si ces aménagements étaient à refaire, des correctifs seraient assurément apportés, explique le responsable de la mobilité et de l'urbanisme au comité exécutif de la Ville de Montréal. «On veut que la signalisation dans les rues soit très claire dans l'ensemble des séquences de déploiement du projet», souligne Eric Alan Caldwell, qui prend en exemple les délais entre l'implantation de certains corridors sanitaires et l'aménagement de bollards de protection, qui pouvait prendre quelques jours et a pu amener des enjeux de sécurité.

L’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal a souligné le travail exemplaire du rapport de l'ombudsman de Montréal. «L'urgence n'excuse rien : c'est un gros "FAIL", un échec sur toute la ligne de Projet Montréal, surtout pour les aînés et les gens à mobilité réduite», mentionne le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Lionel Perez.

L’ombudsman a tenu à souligner la collaboration et la rapidité d’action dont ont fait preuve les équipes de la Ville de Montréal afin de corriger le plus rapidement possible les problèmes constatés tout au long de l'été.

Pistes temporaires

Rappelons que l'administration Plante a implanté à vitesse grand V plus de 300 kilomètres de nouvelles voies piétonnes et cyclables protégées temporaires dans le but de donner plus d’espace aux piétons et cyclistes dans le respect des mesures de distanciation physique dans le contexte de la pandémie de la COVID-19.

Parmi les 240 enquêtes approfondies réalisées par l’ombudsman, 121 portent sur l'aménagement de ces pistes :

• Avenue Christophe-Colomb: 68 dossiers en enquête;

• Rue Rachel: 13 dossiers en enquête;

• Rue Villeray: 6 dossiers en enquête;

• Avenue du Mont-Royal (piétonne) : 14 dossiers en enquête;

• Boulevard Gouin: 20 dossiers en enquête, dont plusieurs regroupant des groupes de dizaines de citoyens

Manque de communication dans Rosemont

L'aménagement d'un segment du REV sur la rue de Bellechasse cet été a de son côté amené le retrait du jour au lendemain d'environ 800 espaces de stationnements, ce qui a créé la grogne de nombreux résidents du secteur.

«À nos yeux, il n'y a pas eu de consultation publique pour le REV Bellechasse», indique l'Ombudsman de Montréal, Nadine Mailloux. Son rapport fait notamment état d'un manque de communication avec les citoyens de l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Elle recommande d'ailleurs à l'arrondissement de transmettre à ses citoyens, dès le lancement de ses projets, des informations claires et précises, évitant ainsi toute confusion et afin que les résidents puissent s’exprimer sur le projet et s’organiser par rapport aux changements à venir.

«Si j'étais le maire de Rosemont, je me poserais beaucoup de questions avant de procéder plus loin avec le REV de Bellechasse, devant le niveau de négligence qui a été constaté par l'ombudsman», a indiqué M. Perez.

L'arrondissement de Rosemont dit prendre acte des recommandations et souligne que le rapport reconnait la proactivité de l'arrondissement pour trouver des solutions aux enjeux soulevés par les citoyens et commerçants du secteur.

Nombre de plaintes reçues par axe d'aménagement du REV

• Berri/Lajeunesse/Saint-Denis: 6 dossiers en enquête et quelques plaintes;

• Souligny, dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve: 3 dossiers en enquête;

• Bellechasse, dans Rosemont–La Petite-Patrie: 66 dossiers en enquête