Repas de Noël : pas de répit pour la Binerie | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Repas de Noël : pas de répit pour la Binerie

La serveuse Marie-Ève n'a pas le temps de s'ennuyer à la caisse de la Binerie en raison des appels constants et du défilé de clients ou de livreurs qui se présentent pour venir chercher un repas.
Louis-Philippe Messier / 24 Heures

La serveuse Marie-Ève n'a pas le temps de s'ennuyer à la caisse de la Binerie en raison des appels constants et du défilé de clients ou de livreurs qui se présentent pour venir chercher un repas.

Zone rouge oblige, la salle à manger de la Binerie Mont-Royal est vide, mais ça ne chôme pas dans les locaux du resto. Cet établissement patrimonial prépare pour ainsi dire de la «nourriture de Noël» à l'année, et voit ses commandes augmenter en flèche en ce temps des Fêtes particulier. 

• À lire aussi: Un repas de Noël aux saveurs créoles

Marie-Ève, la serveuse, souriante derrière son couvre-visage, tient la caisse, répond au téléphone et accueille la succession de clients et de livreurs pendant que les propriétaires et leur fils s’activent aux fourneaux. 

La serveuse Marie-Ève tient un paquet cadeau de la Binerie devant le couple de propriétaires et leur fils les bras chargés de tourtières.

Louis-Philippe Messier / 24 Heures

La serveuse Marie-Ève tient un paquet cadeau de la Binerie devant le couple de propriétaires et leur fils les bras chargés de tourtières.

Le matin dans les locaux de la Binerie, sur la rue Saint-Denis, il y a constamment un va-et-vient de clients venus chercher leurs repas. À l’approche de Noël, ça s’intensifie. « Nous n’avons jamais eu autant de précommandes d’assiettes complètes de Noël à pareille date et nous risquons de ne pas dormir beaucoup dans la nuit du 23 au 24 [décembre] pour tout cuisiner », dit Jocelyne Gingras, la propriétaire.

L’assiette de Noël typique dont parle Mme Gingras coûte 27 $ et comporte une soupe aux pois, une portion de ragoût de boulettes, une pointe de tourtière, des fèves aux lards, une portion de dinde farcie, des petits pois, des atocas, des patates pilées et des légumes vapeur. Au choix pour le dessert : une pointe de tarte au sucre ou un bol de pudding chômeur. 

Éclatés

Les habitués demeurent fidèles à l’établissement ouvert depuis 1938 qui a servi le maire Camillien Houde et le hockeyeur Maurice Richard.

L'assiette de Noël traditionnelle de la Binerie est composée de mets typiques du temps des Fêtes.

Louis-Philippe Messier / 24 Heures

L'assiette de Noël traditionnelle de la Binerie est composée de mets typiques du temps des Fêtes.

Mais il semble aussi y avoir un regain de clientèle pour les Fêtes : la fragmentation des réunions entourant Noël semble inciter plusieurs à commander des repas plutôt qu’à cuisiner. Certains clients prépaient des assiettes traditionnelles à faire livrer au même moment à des adresses différentes.

« Hier, un homme a commandé cinq repas pour le 24 décembre pour trois adresses différentes, afin que, même si tout le monde ne peut pas se voir, chacun puisse manger la même chose en même temps », raconte Jean-Philippe Brunet, le fils des propriétaires.

Ironie

Même s'ils sont occupés, les propriétaires se désolent des impacts de la COVID-19 sur l'industrie. L’ironie du sort a voulu que l’emblématique restaurant de cuisine traditionnelle québécoise déménage de sa minuscule niche de l’avenue du Mont-Royal pour se reloger sur la rue Saint-Denis dans un vaste local juste avant que le yoyo de la pandémie ferme — puis rouvre à moitié, puis referme de nouveau — la spacieuse salle à manger.

« Même si on dépassait les 600 tourtières vendues et les 100 repas complets de Noël cette année, ça ne nous dédommagera pas pour l’inactivité de notre salle à manger où nous pouvions recevoir des groupes », déplore Philippe Brunet, le propriétaire.

Dans les cuisines de la Binerie, la propriétaire Jocelyne Gingras et son fils Jean-Philippe Brunet préparaient déjeuner sur déjeuner, samedi matin dernier, lors de la visite du journal 24 Heures.

Louis-Philippe Messier / 24 Heures

Dans les cuisines de la Binerie, la propriétaire Jocelyne Gingras et son fils Jean-Philippe Brunet préparaient déjeuner sur déjeuner, samedi matin dernier, lors de la visite du journal 24 Heures.

Pour commander un plat et passer le chercher, on peut contacter directement la Binerie. Ses plats sont aussi disponibles en livraison sur des plateformes comme Uber Eats.

Binerie Mont-Royal

4167 rue Saint-Denis

514 285-9078

www.labineriemontroyal.com

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus