REM de l'Est: «Il ne faut pas créer une cicatrice [au centre-ville]»-Valérie Plante | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

REM de l'Est: «Il ne faut pas créer une cicatrice [au centre-ville]»-Valérie Plante

Selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante, la deuxième mouture du projet du REM ne doit pas ressembler aux infrastructures construites par la Caisse dans le secteur de Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest afin de relier la station Île-des-Sœurs à la gare Centrale.
JOSIE DESMARAIS

Selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante, la deuxième mouture du projet du REM ne doit pas ressembler aux infrastructures construites par la Caisse dans le secteur de Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest afin de relier la station Île-des-Sœurs à la gare Centrale.

L'idée de faire passer un train électrique sur des structures aériennes longeant le boulevard René-Lévesque ne doit pas créer une cicatrice au paysage du centre-ville, soutient la mairesse de Montréal, Valérie Plante. 

• À lire aussi: REM de l’Est: Denis Coderre évite de féliciter Valérie Plante

• À lire aussi: L’horreur du REM aérien

Depuis l'annonce du prolongement du Réseau express métropolitain (REM) dans l'est de Montréal, plusieurs s'interrogent sur l'intégration des 23 stations du projet aux infrastructures existantes. Notamment, un segment aérien le long du boulevard René-Lévesque.

«Il ne faut pas tomber dans le brutalisme de la première mouture du REM 1.0», a laissé savoir la mairesse Plante, jeudi matin au micro d'ICI Première.

Selon elle, la deuxième mouture du projet du REM ne doit ressembler en aucun cas aux infrastructures construites par la Caisse de dépôt et placement du Québec dans le secteur de Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest afin de relier la station Île-des-Sœurs à la gare Centrale.

Des pylônes sont aménagés par la Caisse le long du tracé aérien du REM dans le secteur de Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, pour relier la station Île-des-Sœurs à la gare Centrale.

Photo Martin Alarie

Des pylônes sont aménagés par la Caisse le long du tracé aérien du REM dans le secteur de Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, pour relier la station Île-des-Sœurs à la gare Centrale.

«Ça frappe, c’est des mastodontes de blocs de béton. On veut s’assurer que ça ne sera pas comme ça, a précisé la mairesse de Montréal. Si on veut que ça marche au centre-ville, il va falloir que ça soit beau», a-t-elle poursuivi lorsqu'interrogée davantage en marge d'une conférence de presse jeudi.

Selon le tracé du projet REM de l'Est dévoilé mardi par la Caisse, le train électrique circulera sur 32 kilomètres (25 km aériens et 7 km souterrains) entre le centre-ville de Montréal et les arrondissements de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Nord, en passant par Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et Saint-Léonard.

Valérie Plante a ajouté que son administration a demandé au gouvernement Legault que le projet soit intégré aux infrastructures de transport actif actuel tout en préservant la vue du centre-ville sur la montagne.

«Il ne faut pas venir créer une cicatrice [au centre-ville] et je ne vous le cacherai pas, c'est un défi», a ajouté Valérie Plante.

Rappelons que les travaux du REM de l'Est sont évalués à plus de 10 milliards $ et devraient débuter à la mi-2023 pour une mise en service à partir de 2029.

La Caisse prévoit des audiences sur le projet dès l'été 2022 par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

- Avec la collaboration d’Erika Aubin

À lire aussi

Et encore plus