[EN IMAGES] Incursion dans une opération de distribution de paniers de Noël | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

[EN IMAGES] Incursion dans une opération de distribution de paniers de Noël

Image principale de l'article Opération de distribution de paniers de Noël
Joël Lemay / Agence QMI

Après des mois de pandémie, la demande en aide alimentaire est en hausse et les besoins sont criants. Le 24 Heures s’est joint à une équipe de bénévoles d’une épicerie communautaire montréalaise pour la distribution de paniers de Noël. Incursion dans cette opération plus importante que jamais.

Il est 11h30. Donald Boisvert, directeur général de La Corbeille Bordeaux-Cartierville, un organisme situé à Ahuntsic-Cartierville, m'accueille pour la formation des bénévoles. 

Cette année, ce sont plus de 650 familles qui recevront un panier de Noël, comparativement à 400 les années passées. Autre preuve que les temps sont durs. 

L'opération de distribution de paniers de Noël relève d'ailleurs cette année de l'exploit. C'est que l'organisme sans but lucratif, qui comptait sur son service de traiteur pour assurer le roulement de l'épicerie communautaire, a perdu 1,5 million $ en trois jours au début de la pandémie.

Joël Lemay / Agence QMI

Au milieu de poulets surgelés et de boîtes remplies de conserves, M. Boisvert commence sa formation qui durera à peine cinq minutes. 

«En aucun cas, on ne rentre chez les gens», insiste-t-il. 

COVID-19 oblige, la nourriture doit être déposée devant la porte et les interactions doivent être limitées au maximum, même si certains des bénéficiaires sont à mobilité réduite. 

Joël Lemay / Agence QMI

Pour éviter le gaspillage, j'apprends qu'un système de notation a été instauré par l'organisme. La quantité de denrées reçue dépend du nombre de personnes que comprend une famille. 

Joël Lemay / Agence QMI

Une fois la formation terminée, les bénévoles approchent leur voiture de la porte pour pouvoir récupérer les boîtes. Malgré le froid polaire, ils sont heureux de pouvoir donner un coup de main en ces temps difficiles. 

«Je m’attends à voir de la détresse», confie Line Martin, une retraitée qui habite dans le quartier avec son mari depuis six ans. 

Joël Lemay / Agence QMI

Après le départ des premiers bénévoles, je reçois ma liste sur laquelle figurent les adresses et numéros de téléphone des prestataires chez qui je me rendrai. Je reçois aussi un dossard rouge qui indique que je suis bénévole. 

C'est l'heure de me mettre au travail. Quelques-uns de la vingtaine d'employés sur place m’aident à charger ma voiture. 

Joël Lemay / Agence QMI

J’aurai trois livraisons à effectuer. Avant de débarquer chez les gens avec les denrées, je dois appeler les prestataires pour les informer de mon arrivée imminente. 

JOËL LEMAY/AGENCE QMI

Je fais une première livraison dans un immeuble d'habitation délabré. De nombreux objets jonchent le sol. Je dépose deux boîtes et un sac. La mère de deux enfants préfère ne pas être photographiée. Elle me raconte néanmoins qu'elle est arrivée au Québec il y a seulement quatre mois et qu'elle est d’origine libyenne. 

Joël Lemay / Agence QMI

Je fais ensuite ma deuxième livraison, quelques blocs plus loin. Fatouma Soumaro et sa petite fille de 7 mois, Panda, m'accueillent avec le plus grand des sourires. 

Joël Lemay / Agence QMI

«Je vis dans cet appartement avec ma fille depuis janvier», m'explique la femme originaire du Mali, qui est actuellement sans-emploi. C'est la première fois qu’elle reçoit de l'aide de la Corbeille. 

Son panier, qui contient notamment un poulet, des œufs, du pain et des conserves, lui permettra de passer la semaine. 

Joël Lemay / Agence QMI

Je me rends ensuite chez Virginie Zaroukian pour ma troisième et dernière livraison du jour. 

Son voisin, Rosaire Bilodeau, qui lui donne un coup de main avec ses courses depuis trois ou quatre ans, descend les quatre étages de l'immeuble pour m’ouvrir la porte et m’aider avec les paquets. 

Joël Lemay / Agence QMI

L'homme de 83 ans me parle de la pandémie qui perturbe le temps des Fêtes et assure prendre toutes les précautions nécessaires pour rester en santé. «On se fera un gros party l’année prochaine!», me dit celui qui habite le même logement depuis 40 ans. 

Joël Lemay / Agence QMI

Je salue Rosaire, qui n'est pas certain que sa voisine voudra me parler. 

Virginie m'attend à sa porte. Discrète, elle est visiblement heureuse de nous voir arriver. 

Joël Lemay / Agence QMI

Fin des livraisons. 

Je retourne au bercail pour remettre mon dossard et remercier le directeur général. Je recroise Line Martin, la bénévole avec qui j'ai discuté plus tôt dans la journée. Elle et son mari ont réalisé sept livraisons. Affirmant avoir visité des endroits «vétustes», elle me raconte avoir apprécié l’expérience. 

Joël Lemay / Agence QMI

Malgré une longue journée, M. Boisvert et plusieurs de ses employés s'attèlent déjà à préparer les boîtes pour la journée du lendemain. La demande d'aide alimentaire reste immense et les livraisons reprendront quelques heures pus tard. 

À lire aussi

Et encore plus