L'ARTM adopte son budget pour 2021 | 24 Heures MTL
/transports

L'ARTM adopte son budget pour 2021

L'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), maître d'œuvre du réseau de transport en commun dans le Grand Montréal, a adopté un budget d'environ 2,6 milliards $ pour 2021, en baisse de 4,8 % par rapport à l'année en cours.

Pour 2021, l'ARTM évalue ses dépenses à 2,45 milliards $ alors que ses revenus sont de l'ordre de 2,56 milliards $. Ses dépenses sont en baisse de 5,2 % par rapport à l'année en cours. 

Les quelque 915 M$ du Programme d’aide d’urgence au transport collectif des personnes annoncé en juin et bonifié en octobre par le gouvernement provincial ont procuré à l'Autorité un soutien direct lui permettant d'éviter des coupes dans l'offre de service aux usagers.

«Grâce aux efforts des [sociétés de transport en commun] et à leurs équipes, le service est demeuré plus qu’adéquat en 2020, et il demeurera pour l’avenir prévisible comparable à ce qu’il était juste avant la pandémie», a annoncé son directeur général, Benoit Gendron, par voie de communiqué vendredi.

Côté revenus, l'organisation anticipe des pertes financières de l'ordre de 1,2 milliard $ sur trois ans (2020-2022), provenant principalement des revenus de l'achat des titres de transport des usagers de la métropole. 

Ces revenus ont été durement affectés cette année en raison des impacts de la pandémie de la COVID-19. En effet, la fermeture des écoles, des services de garde et les recommandations aux employeurs de favoriser le télétravail annoncé par le gouvernement Legault à la mi-mars ont amené une baisse de plus de 80 % de l'achalandage dans le transport collectif à certains moments de l'année. Celui-ci n'est jamais remonté à des niveaux comparables à avant la pandémie : encore aujourd'hui, l'achalandage est environ en baisse de 70% par rapport à la même période l'an dernier.

Pendant la première vague de la pandémie, seules les portes arrière des bus s’ouvraient lors des arrêts, une mesure exceptionnelle qui avait été mise en place pour protéger les chauffeurs de la propagation du coronavirus.

Joël Lemay / Agence QMI

Pendant la première vague de la pandémie, seules les portes arrière des bus s’ouvraient lors des arrêts, une mesure exceptionnelle qui avait été mise en place pour protéger les chauffeurs de la propagation du coronavirus.


Revenus des usagers en baisse de 55 % en 2020

Selon les projections de l'ARTM, les revenus provenant des utilisateurs sont estimés à 434 M$ en 2020, en baisse de 55 % par rapport aux projections initiale.

L'arrivée d'un vaccin devrait faire augmenter l'achalandage dans le transport en commun; l'ARTM prévoit d'ailleurs des revenus de 624 M$ provenant des usagers l'an prochain, soit une hausse de 30 % par rapport à ses dernières projections pour l'année en cours.

L'Autorité compte maintenir le service de transport collectif au niveau pré-pandémique en 2021 dans la région métropolitaine de Montréal et annonce une baisse de 17 % de ses frais d’administration l'an prochain, ce qui représente une baisse de près de 17 M$ par rapport au budget initial de 2020.


Les villes devront payer plus

Mauvaise nouvelle pour les municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal : elles verront leur contribution municipale augmenter de 2,2 % en moyenne pour 2021 par rapport au dernier budget. L'ARTM mentionne que cette hausse respecte les cibles de croissance fixées par les municipalités et les agglomérations de la région métropolitaine.

Rappelons que l'ARTM a demandé cet été aux quatre grands réseaux de transport sous sa gouverne (les sociétés de transport de Montréal, Laval, Longueuil ainsi qu'exo) une réduction totale de 152 M$ dans leurs budgets respectifs. 

À lire aussi

Et encore plus