Jusqu'à deux fois plus d'interventions auprès de personnes en crise depuis le début de la pandémie dans le réseau de la STM | 24 Heures MTL
/transports/subway

Jusqu'à deux fois plus d'interventions auprès de personnes en crise depuis le début de la pandémie dans le réseau de la STM

Image principale de l'article Deux fois plus d'interventions à la STM
Photo Zacharie Goudreault

Depuis le début de la pandémie de COVID-19 en mars, les inspecteurs de la Société de transport de Montréal (STM) doivent intervenir jusqu’à deux fois plus souvent auprès de personnes en situation de crise dans le réseau. 

Ceux qui ont pris le métro ou l'autobus à Montréal, dans les derniers mois, ont probablement eu l'impression d'observer dans les installations une plus grande présence de personnes itinérantes, en crise ou dont l’état mental est perturbé.

Selon la STM, ces gens se font davantage remarquer en ce moment entre autres parce qu'ils se fondent habituellement dans la masse d'usagers lors des heures de pointe et sont ainsi moins visibles. La baisse d'achalandage qui a suivi la pandémie, qui est allée jusqu'à -90% au pire moment de la crise, met en lumière la situation de l'itinérance dans la métropole.

• À lire aussi: Un «Solidaribus» pour transporter les personnes itinérantes

«Ça ne signifie pas pour autant que le réseau de métro et de bus est moins sécuritaire qu'avant, précise d'emblée le directeur de sûreté et contrôle de la STM, Jocelyn Latulippe. On est conscients qu'il y a eu une augmentation [du nombre d'itinérants] dans les réseaux étant donné qu'ils avaient moins d'endroits où aller au début de la pandémie», ajoute-t-il.

Le directeur sûreté et contrôle à la Société de transport de Montréal (STM), Jocelyn Latulippe, devant une carte du réseau de bus et de métro du transporteur dans le bureau situé au 800, boulevard de Maisonneuve Est, au centre-ville de Montréal.

Guillaume Pelletier/24 Heures

Le directeur sûreté et contrôle à la Société de transport de Montréal (STM), Jocelyn Latulippe, devant une carte du réseau de bus et de métro du transporteur dans le bureau situé au 800, boulevard de Maisonneuve Est, au centre-ville de Montréal.

M. Latulippe salue d'ailleurs le déploiement de nombreux refuges pour sans-abri au cours des derniers mois par la Ville de Montréal et l'arrivée du Solidaribus, en partenariat avec la Mission Old Brewery. L’implantation de ces différentes mesures a permis au transporteur de retrouver un certain équilibre dans son réseau, dit-il.

Deux fois plus

La STM compte une équipe d'environ 170 inspecteurs, qui sont appelés en moyenne plus de 16 000 fois par année pour divers incidents à bord des bus et dans le réseau de métro sur le territoire montréalais, dont des interventions auprès de personnes en état de crise.

«Le nombre d'appels que l'on a eus pour désamorcer des situations durant la pandémie est une fois et demie à deux fois [plus élevé qu'en temps normal], selon les périodes», précise M. Latulippe.

Les interventions ne sont pas facilitées par le fait que les inspecteurs doivent porter en tout temps un couvre-visage et des lunettes de protection. Non seulement ça peut être agaçant, mais ça permet difficilement de reconnaître l'humeur des inspecteurs, ce qui peut mener à une escalade lors d'interventions.

«Pour un individu avec des problèmes de santé mentale, de voir arriver quatre inspecteurs en uniforme avec le visage camouflé par un masque, le sourire est dur à sortir», précise M. Latulippe, qui a notamment passé 27 ans à la Sûreté du Québec (SQ) avant d'aboutir à la STM.

ANNE-MARIE PROVOST/24 HEURES/AGENCE QMI

Autres infractions   

Au-delà de ces interventions, les inspecteurs doivent aussi continuer à contrer les infractions dans le métro et les bus, notamment concernant les personnes qui prennent le transport en commun sans payer.

«Les gens ont pris des mauvaises habitudes et on est en train de travailler fort à rappeler qu'il y a un souci d'équité envers les clients», mentionne M. Latulippe.

  

Que font les inspecteurs de la STM:  

  • Assurer le maintien et la fluidité du réseau;   
  • Contrôler les titres de transport;   
  • Prêter assistance aux usagers et aux employés;   
  • Faire respecter la réglementation en matière de transport collectif;   
  • Interagir avec différents types d'individus au quotidien.   

À lire aussi

Et encore plus