Les bons coups culturels de 2020 | 24 heures
/activities/todo

Les bons coups culturels de 2020

Image principale de l'article Les bons coups de 2020
Photos courtoisie

2020 aura été une année de transition et de grands bouleversements (c’est presque un euphémisme) pour le milieu culturel québécois. Résilients et inspirés malgré les 1001 tuiles qui leur sont tombées sur la tête, ces artistes ont su tirer leur épingle du jeu. Nous impressionner, finalement. Voilà 15 bons coups selon l’équipe du 24 Heures!

 

Mafia inc. 

L’un des rares films québécois à avoir obtenu plus d’un million de dollars aux guichets cette année, le thriller de Podz Mafia inc. avait tout pour séduire. Un Québécois qui se fraie un chemin dans la hiérarchie de la mafia montréalaise, ç'a de quoi intriguer. Le long métrage nous tient en haleine d’un bout à l’autre. En bonus, des touches d’humour noir rendent le film un peu moins cru par moment pour un divertissement parfait. Marc-André Grondin est brillant. Et que dire de Sergio Castellitto en tant que parrain de la mafia? (L.P.R.) 

Les chansons d’Anachnid 

Rares sont les premiers longs jeux qui s’avèrent aussi puissants dans le fond et la forme. L'auteure-compositrice-interprète montréalaise Arachnid prête son talent à ses ancêtres Oji-Cri et Mi’gmaq le temps d’un album concocté à la gloire des siens et incarne jusqu’à la moelle ses textes. En plus, l’enrobage musical incorpore des sons de la nature, de la flûte (jouée par Anachnid elle-même) et moult éléments d’instrumentation électro dans l’air du temps. (C.G.) 

La série C’est comme ça que je t’aime 

Les adeptes des Invincibles et de Série noire, deux séries devenues des incontournables de la télé québécoise, ne seront certainement pas déçus par cette nouvelle proposition télévisuelle du duo que forment Jean-François Rivard et François Létourneau. Prenant place dans la région de Sainte-Foy au cœur des années 1970, C’est comme ça que je t’aime dresse le portrait de deux couples de banlieusards qui plongent avec naïveté mais confiance dans le crime organisé. Une comédie dramatique accessible comme audacieuse où l’on éclate de rire à de nombreuses reprises devant l’humour intelligent et le jeu précis des acteurs et des actrices. (G.B.) 

Les vidéos de Damien Robitaille 

Une main sur le piano, une autre tenant un instrument de percussion, Damien Robitaille a commencé à se filmer en train d’interpréter des chansons des tous les styles lors du premier confinement. Ce n’est que tout récemment que le Franco-Ontarien a créé un gros buzz international avec ses vidéos, mais il a mis un peu de soleil dans les journées grises de plusieurs de ses fans avec ses interprétations sympathiques. (L.P.R.)

Le SHOW-rona Virus de Mathieu Dufour  

Avant la pandémie, l’humoriste Mathieu Dufour était encore peu connu du grand public, malgré son succès souterrain indéniable, alors qu’il rejoignait quotidiennement ses milliers d’abonnés Instagram et réussissait malgré tout à remplir des salles en un claquement de doigts. Depuis, il a été propulsé au-devant de la scène par ses SHOW-rona Virus, des rendez-vous quotidiens lancés au début de la pandémie et durant lesquels il recevait des vedettes de tous les milieux, dont Véronique Cloutier, le Dr Horacio Arruda, Laurent Duvernay-Tardif et Valérie Plante. L’humoriste connaît maintenant un succès populaire toujours grandissant, multipliant les apparitions à la radio et sur le web. (G.B.)

Premier film québécois sur Netflix: Jusqu’au déclin 

Le premier film québécois à être distribué sur Netflix n’a rien à envier aux grosses productions internationales puisqu’il a été visionné plus de 21 millions de fois au cours des 28 premiers jours sur la plateforme de streaming. Il a été regardé en Colombie, au Brésil, en Pologne, en Espagne et en Roumanie, selon un article du Devoir. Diffusé dans un contexte de crise mondiale, ce film sur le survivalisme ne pouvait pas plus faire écho à l’actualité. Un groupe de survivalistes se rassemble dans un camp isolé pour une formation, et alors que tout commencera dans la bonne humeur, un incident viendra créer tout un chaos dans la bande. Une bonne dose d’action! (L.P.R.) 

Spectacle de la fête nationale: Tout le Québec à l’unisson 

Alors que l’été, normalement animé de nombreux festivals, était plus que monotone en raison de la crise sanitaire, le spectacle de la fête nationale a vraiment eu l’effet d’une grosse dose d’amour et de réconfort. Animé de main de maître par Pierre Lapointe et Ariane Moffatt, des artistes tels que Elisapie, Corneille, Fouki, Cœur de pirate, Fred Pellerin, Vincent Vallières et Louis-Jean Cormier ont défilé sur la scène de ce concert hors pair en donnant chacun tout leur cœur, même s’ils faisaient face à une salle vide. Un moment réellement rassembleur dans cette année particulière! (L.P.R.) 

COURTOISIE YAN TURCOTTE

Notre-Dame-des-Sept-Douleurs – Klô Pelgag 

L’artiste Klô Pelgag réussit de véritables coups de circuit à chacune de ses propositions musicales et ce troisième album, lancé cet été, ne fait certainement pas exception. L’auteure-compositrice-interprète y propose douze titres aux arrangements très colorés et raffinés, où l’exploration sonore est aussi foisonnante que bien mesurée. Porté par sa voix tout en force et en contrôle, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs contribue de nouveau à faire de cette artiste un véritable pilier de la scène musicale québécoise. (G.B.) 

Nos drags Rita Baga et Kiara 

• À lire aussi: La Montréalaise Rita Baga s'incline en finale de Canada’s Drag Race  

N’eût été des épisodes hebdomadaires de Canada’s Drag Race, l’an de grâce 2020 aurait forcément été plus pénible. Chaque semaine, on a été passionnés pour les costumes élaborés, les maquillages pailletés et les lipsyncs acrobatiques de ces reines du Nord – particulièrement lorsqu’il était question des deux Montréalaises Rita Baga et Kiara. Il nous tarde vraiment d’aller les voir chez Mado ou ailleurs dans le Village lorsque la vie normale reprendra son cours. (C.G.)

Festival FAUV 

Qui aurait pensé qu’un jour, on irait voir un spectacle d’humour dans notre voiture et que pour faire comprendre à l’artiste qu’on trouve ses blagues drôles, on klaxonnerait? Avec un été comprenant très peu d’activités culturelles, le Festival au volant a été accueilli avec enthousiasme. Initialement prévu à Montréal seulement, le FAUV s’est finalement déplacé aux quatre coins de la province. (L.P.R.)

 

Miro sur le toit du Stade 

• À lire aussi: Un concert sur la tour du stade olympique

On a dû le presser de retomber sur Terre, le décourager de mettre à exécution ce plan en apparence irréalisable aux premiers abords. Chanter au sommet du Stade olympique? C’était réellement un casse-tête logistique titanesque, d’autant plus que des drones se porteraient responsables de la capture des images. Miro a rêvé à ce coup d’éclat, cet exploit que personne n’avait accompli au préalable, et le résultat s’est avéré aussi spectaculaire que l’idée elle-même. (C.G.) 

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Francorama qui embellit la ville 

• À lire aussi: Une murale en hommage au passage de Nelson Mandela à Montréal

Ses images ont tapissé le bitume et les murs du Plateau-Mont-Royal au sud-ouest de Montréal. En cette édition pandémique et semi-déconfinée du Festival Mural, le muraliste Francorama (alias Franco Égalité) a su colorer notre quotidien au-delà des arcs-en-ciel disposés au-devant des fenêtres. On adore son goût pour l'orangé et ses silhouettes magnifiées qui évoquent l’esthétique des années 1970. (C.G.)

PHOTO COURTOISIE

Narcisse aux Francouvertes 

• À lire aussi: Valence, grand gagnant des Francouvertes

Narcisse a surpassé les attentes qu’on entretenait à son égard à l’occasion de la finale des Francouvertes le 2 novembre dernier. Férocement en voix, l’artiste de Québec à la posture avant-gardiste a donné corps à sa proposition multidisciplinaire avec un aplomb peu commun et sans fausse note. Nul doute qu’on réentendra parler de Narcisse, formidable modèle par ailleurs, pour les personnes non binaires qui verront en elle le reflet de leurs préoccupations intimes. (C.G.) 

Journal de Québec

L’exposition Survivance de Manuel Mathieu au MBAM  

Le peintre montréalais d’origine haïtienne Manuel Mathieu a dévoilé cet automne, au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), ce qui représente son premier solo au sein d’une institution muséale en Amérique. Lancée le 17 septembre, l’exposition Survivance, tout en couleurs et très expressive, s’inspire de l’imaginaire haïtien, mais également des différentes expériences qui ont jalonné le parcours de l’artiste. Elle est actuellement accessible en ligne gratuitement en mode virtuel sur mbam.qc.ca. Manuel Mathieu, âgé de 33 ans, est également le premier artiste noir canadien dont l'une des œuvres a été achetée par le MBAM. (G.B.) 

PHOTO ANNE-LOVELY ÉTIENNE / 24 HEURES

Le nouveau matériel – David Goudreault 

Le poète et auteur David Goudreault a vraiment réalisé un coup d’éclat avec l'album Le nouveau matériel, qui unit ses mots puissants et justes à la musique composée par Alex McMahon et Andy Bourgeois, entre autres. Des collaborations avec Florence K, Ariane Moffatt, Louis-Jean Cormier, Manu Militari et Luce Dufault viennent ajouter des couleurs variées à cette œuvre solide. Et que dire de J’en appelle à la poésie, véritable cri du cœur de Goudreault pour qu’une plus grande place soit accordée à la poésie dans nos vies... à donner des frissons! (L.P.R.) 

À lire aussi

Et encore plus