Augmentations de loyer 2022: ce qu'il faut savoir avant d'accepter | 24 heures
/portemonnaie

Augmentations de loyer 2022: ce qu'il faut savoir avant d'accepter

C’est la période de l’année au cours de laquelle plusieurs Québécois reçoivent leurs avis d’augmentation de loyer... ce qui vient souvent avec tout un lot d’interrogations. Comment savoir si votre propriétaire est raisonnable et que faire s’il ne l’est pas? Voici les réponses à ces questions. 

• À lire aussi: Un propriétaire augmente le montant du loyer parce qu'il a beaucoup de visites: est-ce légal?

1 — À quel moment le propriétaire peut-il augmenter le loyer?  

Le loyer ne peut pas être augmenté en plein milieu du bail, le propriétaire doit attendre au moment de la reconduction. Il doit faire parvenir un avis écrit au locataire dans les délais suivants:              

  • Si le bail est de 12 mois ou plus: l’avis doit être envoyé de trois à six mois avant la fin du bail. Par exemple, si le bail se termine le 30 juin 2022, le propriétaire doit envoyer son avis entre le 1er janvier et le 31 mars 2022.              
  • Si le bail est d’une durée de moins de 12 mois: l’avis doit être envoyé de un à deux mois avant la fin du bail. Donc si le bail se termine le 30 juin 2022, l’avis doit être envoyé entre le 30 avril et le 31 mai 2022.              
  • Si le bail est à durée indéterminée: l’avis doit être envoyé de un à deux mois avant que la modification demandée prenne effet. Pour un bail se terminant le 30 juin 2022, le propriétaire doit donc vous envoyer l’avis entre le 30 avril et le 31 mai 2022.                           

Photo courtoisie

2 — Qu’est-ce que doit contenir cet avis pour être conforme à la loi?              

Dans l’avis, le propriétaire doit indiquer les informations suivantes :              

  •  Le montant du nouveau loyer ou la hausse par rapport à celui en cours;               
  • La durée proposée du bail;              
  •  Le délai accordé au locataire pour refuser l’augmentation de loyer proposée — attention, si vous ne répondez pas, le propriétaire a le droit de tenir pour acquis que vous acceptez l’augmentation.                            

Un modèle de cet avis est disponible sur le site du Tribunal administratif du logement.

• À lire aussi: Crise du logement: il n’y aura pas de registre national des loyers, tranche Québec

3 — De quel montant mon loyer peut-il augmenter ?       

Contrairement à ce que certains pensent, il n’y a pas de «taux maximum» d’augmentation de loyer.

Les propriétaires doivent calculer l’augmentation du loyer en se basant sur l’augmentation de leurs dépenses, comme les frais d’électricité, la hausse des taxes et des primes d’assurances ou encore l'entretien ou les travaux réalisés sur l’immeuble.

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

• À lire aussi: L’arbitrage, une solution aux longs délais du TAL ? 

4 — Comment puis-je savoir si l’augmentation est abusive ou non?              

Le Tribunal administratif du logement offre chaque année un outil de calcul en ligne basé notamment sur l’indice des prix à la consommation pour calculer l’augmentation raisonnable.

Il peut être difficile de le remplir comme locataire, car il nécessite de connaître plusieurs informations à propos de l’immeuble, des variations de taxes et de primes d’assurances, par exemple.

Pour l'instant, l'outil de calcul pour 2022 n'est pas encore disponible. Si on se base sur l'année dernière, il devrait cependant être sur le site du Tribunal administratif du logement (TAL) à partir du 19 janvier 2022.  

Pour vous donner une idée, voici les pourcentages applicables dévoilés en janvier 2021 par le TAL:   

  • Électricité: - 0,3%         
  • Gaz: -11,3%         
  • Mazout et autres sources d’énergie: -21,6%         
  • Frais d’entretien: 1,4%         
  • Frais de service: 1,9%         
  • Frais de gestion: 1,2%         
  • Revenu net: 0,6%         
  • Dépenses d’immobilisations: 2,3%                 

L’organisme Cœur-de-l’Île Antigentrification avait créé son propre outil pour calculer si une augmentation de loyer est respectable en se basant sur une fiche d’estimation publiée par le Comité logement la Petite Partie. Cette dernière applique les estimations moyennes d’augmentation dévoilées du Tribunal administratif du logement (loyer de 800$) ainsi que les augmentations des taxes municipales et scolaires. 

Le comité de logement – qui n’est pas affilié à l’organisme – indique toutefois que les augmentations d’assurances ne sont pas prises en compte dans la grille de Cœur-de-l’Île Antigentrification. 

En cas de doute où s’il manque certaines informations, on peut s’adresser à son comité de logement local pour connaître ses droits ou les recours possibles: pour obtenir l’adresse du comité le plus proche, on peut consulter le site du RCLALQ.

• À lire aussi: Crise du logement: des étudiants doivent habiter dans des auberges ou rester chez leurs parents

5 — Comment puis-je négocier ou contester mon augmentation de loyer?               

Si un locataire s’oppose à une augmentation de loyer, il doit obligatoirement envoyer une lettre de refus au propriétaire au maximum un mois après la réception de l’avis modifiant les termes du bail. L’idéal est de le faire par courrier recommandé pour conserver une preuve de l’envoi.

Photo Fotolia

Le propriétaire et le locataire peuvent négocier une entente à l’amiable. L’autre option est de s’adresser directement au Tribunal administratif du logement dans le mois suivant. Dans ce cas, le Tribunal fixera lui-même le prix du loyer ou tranchera en faveur de l’augmentation.

Même si la hausse de loyer est refusée par le locataire, ce dernier garde son bail et son logement pendant le processus de négociation.

• À lire aussi: 7 fois où on a parlé de logement en 2021

À VOIR AUSSI

La crise du logement sur le terrain

s

Sur le même sujet