Le hockey à Montréal: le pâle reflet de la diversité dans les médias québécois | 24 heures
/panorama

Le hockey à Montréal: le pâle reflet de la diversité dans les médias québécois

Harnarayan Singh est devenu le premier descripteur d’origine sikhe à commenter les matchs de la LNH sur les ondes de Sportsnet.
Photomontage Julie Verville

Harnarayan Singh est devenu le premier descripteur d’origine sikhe à commenter les matchs de la LNH sur les ondes de Sportsnet.

BILLET - Le mois passé, Harnarayan Singh a marqué l’histoire: il est devenu le premier descripteur d’origine sikhe à commenter les matchs de la LNH sur les ondes de Sportsnet. C’est huge, voir un homme non blanc qui décrit des matchs de hockey en anglais pour une grosse chaîne canadienne.

Ça me donne des frissons, parce que s’il y a bien une chose qui rassemble les Canadiens, c’est le hockey. Turban sur la tête, grande barbe et doté des couleurs de sa culture, Singh est pour moi le visage du changement, un vent qui souffle pour le combat de la diversité dans les médias.

Du côté anglophone, ce n'est pas d'hier que l’on voit des journalistes spécialisés en hockey issus de la diversité. Par exemple, Farhan Lalji à Vancouver, Suneel Joshi à Toronto, et même ici, à Montréal, Arpon Basu pour The Athletic.

Sauf que ça se passe uniquement en anglais. Pas en français. Je trouve qu’on est vachement en retard. Y’a pas un semblant de diversité dans le beat du Canadien... Sauf pour Chantal Machabée, qui tough la run comme l’une des seules femmes à commenter le hockey.

C’est blanc, blanc, blanc...

Aucune couleur, sinon peut-être mon chum (Jeremy Filosa, pour ne pas le nommer) blanc d’origine italienne. C'est un homme dans la mi-quarantaine, qui n’a aucun accent, alors ça ne compte pas vraiment. Fait que c’est blanc, blanc, blanc. Vous allez me dire: «Attends Anne-Lovely, Georges Laraque parle de hockey...» En effet, mais je me demande: s’il n’avait pas joué au hockey, et pour les Habs, aurait-il eu cette tribune? J’en doute.

Je ne parle pas de journalistes sportifs généralistes comme l’excellent Meeker Guerrier; je parle d’un journaliste, chroniqueur ou animateur affecté EXCLUSIVEMENT à la couverture du Canadien de Montréal dans les médias FRANCOPHONES.

Pour vous faire comprendre, je vais faire du name-dropping:

Je parle d’un Martin McGuire à la radio.

Je parle d’un Pierre Houde ou d’un Félix Séguin à la télé.

Je parle d’un Guillaume Lefrançois ou d’un Jean-François Chaumont à l’écrit.

Il va sans dire qu’ils font tous un travail formidable, mais avouez-le: c’est white à fond! Il n’y a aucune, mais aucune diversité.

Pour ceux qui voudraient me contredire, ouvrez la télé ou la radio après un match du Canadien et trouvez-moi un minois autre que blanc dans les tables rondes d’analyse après-match. C’EST 110% ZÉRO.

Pourtant, le hockey rejoint tout le monde. Lorsque nos Glorieux sont en séries éliminatoires, que tu sois Anglo-Franco, Blanc-Noir, athée-religieux, ça n'a pas d’importance... Ce qui compte, c’est que le Bleu-Blanc-Rouge se batte pour la victoire.

La question qui tue: sommes-nous prêts à plus de diversité?

La responsabilité revient maintenant aux décideurs. Comme boss de la rédac ou de la salle des nouvelles à la télé, je crois qu’il va falloir s’équiper d’une arme redoutable: l’ouverture d’esprit.

Aux quatre coins du Québec, sommes-nous prêts à nous faire parler de hockey par un journaliste qui porte un turban? (Émoticône pensif.)

Est-ce si terrifiant d’engager un animateur qui a un accent, qui est une femme, qui est gai ou qui porte un voile? (Deux émoticônes pensifs.)

Il faudra des patrons visionnaires qui embrasseront cette différence et qui se rendront enfin compte que le paysage démographique québécois a bien changé et que la génération des milléniaux souhaite regarder une télé plus inclusive, et ça inclut les matchs de hockey... LIKE, HELLLOOO!

N’ayez pas peur, car le jour où un Harnarayan Singh ou un Kevin Raphaël (voir la vidéo à 47 000 vues, sur YouTube, de sa description à l’haïtienne d’un match du Canadien) sera l’un des porte-étendards du Canadien de Montréal, on saura qu'un véritable changement s'opère... Le hockey fait partie de notre culture. On l’a dans le sang, parce que le sang qui coule dans nos veines est rouge, qu’importe nos origines!

Je suis absolument convaincue que la culture est vectrice de métamorphose, que ce soit à la télévision, en musique, en arts ou dans les sports – et cette culture est, sans l’ombre d’un doute, celle qui nous permet de nous rassembler et non de nous diviser.

s

À lire aussi

Et encore plus