5 moments qui ont permis à Kiara de devenir la queen du kai kai | 24 heures
/panorama

5 moments qui ont permis à Kiara de devenir la queen du kai kai

Image principale de l'article Comment Kiara est devenue la queen du kai kai
Illustration: Marilyne Houde

La compétition de drag queen Canada’s Drag Race n’a pas mis qu’une seule reine québécoise sous les projecteurs. Partie peu avant Rita Baga, Kiara est aujourd’hui suivie par plus de 60 000 personnes sur Instagram dont Arnaud Soly et Fabrice Vil.

Voici les cinq décisions qui l’ont menée au trône où elle pose ses fesses aujourd’hui. 

• À lire aussi: Rita Baga, la nouvelle reine de Montréal

1 - Monter sur la scène du Drague 

Originaire de Québec, Kiara a cassé la glace en foulant les planches du Drague, le mythique cabaret-club voisin au cimetière St-Matthews. C’est là que tout a commencé pour elle. 

« Pendant un an, je suis sortie au Drague pour regarder les shows. Ça m’intéressait beaucoup et je me suis faite amie avec des drag queens. À 19 ans, Gabry Elle m’a contactée parce qu’elle savait que je me maquillais et que je voulais commencer à faire de la drag. C’est là qu’elle m’a proposée de la remplacer un dimanche au Diva-Nation. » 

2 - Lâcher l’école et sa job au H&M 

Donner sa démission pour vivre de sa passion, c’est le beau risque qu’a pris Dimitri Nana-Côté (son nom de naissance) à l’été 2019. Un choix un brin insécurisant qui s’est rapidement avéré payant. 

« Je travaillais au H&M et j’étais étudiant à Concordia en cinéma, c’était ma deuxième année. Plutôt que de retourner à l’école, j’ai choisi de lâcher tout ça. Quand j’ai décidé de devenir drag à temps plein et d’en vivre, j’avais 21 ans. C’était un moment de grande fierté! Ma première gig suivant cette décision, c’était Fierté Montréal en août 2019. En plus, j’avais fait la couverture du journal 24 Heures pour le défilé!» 

3 - Apprendre les chansons des Pussycats Dolls par cœur 

Les Pussycats Dolls ont vraiment laissé une empreinte forte sur la culture pop dans les années 2000. Des brûlots dansants que Kiara s’est efforcé d’apprendre au mot près avant de se coiffer du chapeau de Nicole Scherzinger, la soliste du groupe.  

« La seule compétition que j’ai gagnée, c’est La prochaine Pussycat Drag au Cabaret Mado. C’était un concours qui s’étalait sur cinq semaines. Je suis encore en contact avec les quatre autres, on a même fait des vidéos en quarantaine. »   

4 - S’inscrire aux auditions de Canada’s Drag Race 

Cette audition-là a changé a réellement propulsé sa carrière jusqu’au firmament. Quand elle a reçu l’appel lui confirmant sa participation à l’automne 2019, Kiara a tout de suite su que sa vie allait basculer - pour le mieux. 

« J’ai dû garder le secret jusqu’au printemps 2020. C’est en mai qu’ils ont fait l’annonce. [...] Quand je suis partie pour une période indéterminée, je pense que les gens avec qui je travaille ont allumé. Avant ça, c’était difficile de ne pas pouvoir en parler à personne ! » 

Courtoisie Crave

5 - Avouer son penchant pour le kai kai 

« Kiki wanna kai kai! » Voilà le nom d’utilisatrice de Kiara sur Instagram, mais aussi la strophe la plus marquante du couplet qu’elle a écrit et rappé lors du défi musical à Canada’s Drag Race. Faire kai kai selon le Urban Dictionnary, c’est lorsque deux drag queens se frenchent ou couchent ensemble. 

s

« C’est vraiment sorti out of the blue. Je me souviens d’avoir écrit ça tard le soir et, maintenant, c’est la chose dont les gens souviennent le plus en lien avec mon passage à l’émission ! » 

Sur le même sujet