COVID-19: un homme se fait offrir le vaccin parce que le système de santé croit qu’il mesure 6,2 cm | 24 heures
/bref

COVID-19: un homme se fait offrir le vaccin parce que le système de santé croit qu’il mesure 6,2 cm

Image principale de l'article On lui offre le vaccin car il mesurerait 6,2 cm
Photo AFP

Au Royaume-Uni, l'on a accidentellement offert un vaccin contre la COVID-19 en priorité à un homme de 32 ans en pleine santé parce que son dossier médical indiquait qu’il mesurait... 6,2 cm.

Son poids, d’environ 245 livres, était toutefois le bon. Le système de santé britannique a donc calculé qu’il avait un indice de masse corporelle (IMC) de 28 000. En guise d’exemple, la Santé publique considère qu’une personne avec un IMC supérieur à 40 souffre d’obésité morbide.

Surpris d’être sélectionné aussi tôt dans le processus de vaccination, Liam Thorp a appelé son médecin de famille pour mieux comprendre la situation. On lui aurait alors dit qu’il devait être vacciné plus tôt en raison de son poids.

«Comme la plupart des gens, j’ai pris quelques livres en confinement, mais j’étais surpris de m’être rendu jusque dans la catégorie des obèses morbides», a-t-il raconté jeudi, incrédule, à la BBC.

On l’a cependant rappelé le lendemain pour lui expliquer qu’une erreur avait été commise et que son dossier indiquait qu’il mesurait 6,2 cm au lieu de 6 pi 2 po. Une légère différence de 180 cm.

Contactée par la BBC, une représentante du système de santé britannique à Liverpool a observé qu'en dépit du «côté cocasse» de la chose, il s’agissait tout de même d’une situation préoccupante sur laquelle son équipe allait devoir se pencher.

«Il y a chaque jour des millions de rendez-vous avec des médecins généralistes et, même si nous nous assurons que les informations soient exactes, des erreurs de données occasionnelles peuvent survenir», a souligné la Dre Fiona Lemmens au diffuseur public.

Après avoir vacciné les personnes les plus âgées de sa population, ses travailleurs de la santé et ses citoyens extrêmement vulnérables, le Royaume-Uni s’apprête désormais à vacciner, jusqu’en avril, les individus avec des conditions de santé préexistantes et les adultes âgés de 50 à 69 ans.

Selon les prévisions, le reste de la population britannique devrait ensuite être vacciné d’ici l’automne.

À lire aussi

Et encore plus