Danser sur TikTok, ça peut être bon pour la santé mentale | 24 heures
/panorama

Danser sur TikTok, ça peut être bon pour la santé mentale

Image principale de l'article Danser peut être bon pour la santé mentale
Courtoisie

Vous avez un down ces temps-ci? Avez-vous pensé à TikTok? L'application fait des miracles pour le moral de plusieurs, et la science leur donne raison. 

• À lire aussi: Pas facile de grandir avec un parent souffrant d’un trouble mental

Danser, se déhancher et agiter les bras, ça ne donne pas juste des vidéos attrayantes: cela a aussi des impacts positifs sur notre santé mentale.  

Et pas besoin d’être une reine de la technique comme Enola Bédard ou Aïcha Bastien N’Diaye pour éprouver des bienfaits.  

Plusieurs danseurs amateurs ne boudent pas leur plaisir, par exemple Karl Hardy, qui n’hésite pas à «twerker» sur un trottoir enneigé ou à danser en chest en plein hiver devant le Stade olympique.  

@karl_hardy

Soyons tous bienveillants les uns envers les autres et respectons les règles. Let’s do this together bitches 🙌🏻

♬ Survivor - Destiny's Child

«Pour moi, c’est thérapeutique de faire des niaiseries comme ça, de tourner la situation qui est tellement dramatique à la blague. C’est lourd, les réseaux sociaux, surtout ces temps-ci. Ça fait du bien de juste faire des choses qui sont légères», explique-t-il. 

Rédacteur web de profession et animateur télé à ses heures, le Montréalais a ouvert son compte TikTok en mars dernier pour se désennuyer et chasser la solitude pendant le premier confinement.   

Des commentaires positifs et empreints de reconnaissance fusent de toutes parts sous ses publications. «Merci d’exister», «T’es une légende, sérieux», «J’ai eu une nuit horrible à l’hôpital et cette vidéo me remet de bonne humeur», «Il faudrait plus de monde comme toi», peut-on lire.  

Au moment d’écrire ces lignes, son improvisation sur Temperature, de Sean Paul, avait été vue plus de 157 000 fois. 

@karl_hardy

Pas besoin d’aller à Cancún pour prendre soin de ma santé mentale 🙂

♬ Temperature - Sean Paul

La danse peut réellement être bénéfique pour la santé mentale  

Ce n’est pas une illusion: la danse peut vraiment être bénéfique pour la santé mentale, en plus d’être super accessible.  

«C’est tellement contagieux, ce que Karl Hardy nous transmet», remarque la psychothérapeute Sarah-Catherine Magny, une professionnelle de la relation d’aide qui a incorporé la danse à sa pratique depuis une décennie. 

«[La danse] nous fait revisiter le travail thérapeutique d’une autre façon. Les gens viennent [à mes sessions] surtout pour le plaisir et, finalement, ils en retirent des effets qu’ils disent eux-mêmes thérapeutiques. Ça favorise un mieux-être. On se sent bien, on se sent mieux dans notre corps, on se sent mieux dans notre tête», explique-t-elle.   

Une méta-analyse des universités de Heidelberg, en Allemagne, et de Cambridge, aux États-Unis, arrive, grosso modo, à la même conclusion.  

«La danse est efficace pour améliorer la qualité de vie et diminuer certains symptômes cliniques, dont la dépression et l’anxiété. Des effets positifs ont également été prouvés en matière de bien-être, de pensée positive, d’affect et d’image corporelle», peut-on y lire. 

Et Sarah-Catherine Magny insiste: pas besoin de «savoir danser» pour en retirer des effets bénéfiques. Le secret, c’est de laisser aller son corps comme si personne ne nous regardait, dans une gestuelle authentique et spontanée. 

Comme un substitut aux pistes de danse   

Aux États-Unis, plusieurs comptes de danseurs amateurs sont super populaires sur TikTok. On peut penser aux comptes Move With Joy ou Pink_Funky, par exemple, qui ont une démarche en tous points similaire à celle de Karl Hardy. 

@move_with_joy

If you don’t start your pandemic weekend wearing a gold jumpsuit & dancing to #HarryStyles in the backyard, what are you doing with your life? DC: ME

♬ Treat People With Kindness - Harry Styles

On remarque aussi la Floridienne Kyazsha Davis, une grande brûlée au sourire éclatant et aux déhanchements lascifs qui exulte la confiance en soi. Au moment d’écrire ces lignes, elle était suivie par plus de 479 000 personnes.  

Sortir danser, c’est un exutoire pour beaucoup de monde et une façon d’entrer en relation avec les autres. Nul ne sait encore quand on pourra retrouver nos DJ et bars préférés quand tout ça sera fini, mais une chose est sûre: ce n’est pas pour demain. 

En attendant, Sarah-Catherine Magny estime que TikTok a tout d’une soupape, d’un lieu pour lâcher notre fou et créer des liens. 

«Les contraintes liées au confinement peuvent s’avérer être des tremplins pour nous amener à revisiter nos quotidiens autrement, à être créatifs. On peut tous danser! Même dans un espace restreint.» 

Sur le même sujet