5 choses à savoir sur la nouvelle mairesse de Longueuil, Catherine Fournier | 24 heures
/bref

5 choses à savoir sur la nouvelle mairesse de Longueuil, Catherine Fournier

Image principale de l'article 5 choses à savoir sur Catherine Fournier
Photo d'archives, Agence QMI

Catherine Fournier a réussi son pari: elle a été facilement élue à la tête de Longueuil, la cinquième ville en importance au Québec. Voici cinq choses à savoir sur la nouvelle mairesse de 29 ans.

• À lire aussi: Voici tout ce qu'il faut savoir des résultats

C'est la plus jeune députée de l’histoire du Québec   

En 2016, elle fait une entrée remarquée à l'Assemblée nationale après avoir été élue dans la circonscription de Marie-Victorin (qui était représentée par Bernard Drainville) lors d'une élection partielle. À 24 ans, elle devient la plus jeune femme députée de l'histoire du Québec, devançant Elsie Lefebvre, qui avait été élue en 2004 à l’âge de 25 ans.  

Photo Stevens LeBlanc

Elle siège comme députée indépendante  

En 2019, Mme Fournier claque la porte du Parti québécois, quelques mois après sa réélection. Elle annonce qu'elle siégera comme indépendante à l'Assemblée nationale et affirme que le PQ n'est plus le bon véhicule pour faire l'indépendance du Québec. 

Après son départ, le PQ devient la troisième opposition à l'Assemblée nationale, derrière le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire (QS).

Elle a lancé un nouveau mouvement souverainiste   

Quelques mois après avoir claqué la porte du PQ, Catherine Fournier lance un nouveau mouvement souverainiste, qui s'accompagne d’un livre, Ambition Québec.

L'objectif de ce mouvement est d'«élargir la coalition» et de «rallier les générations qui n’ont jamais pu se prononcer sur l’avenir du Québec».

Elle veut réglementer les algorithmes des réseaux sociaux   

En septembre 2020, elle propose une motion, adoptée à l’unanimité par les élus de l'Assemblée nationale, visant à réglementer les algorithmes des médias sociaux et à prévenir l'amplification des fausses nouvelles sur ces plateformes. 

«Ce n'est pas normal qu'on laisse des citoyennes et des citoyens s'autoradicaliser sans rien faire. Ce n'est pas normal qu'on laisse la viralité des contenus désinformer massivement la population sans rien faire. Ce n'est pas normal qu'on laisse des ados développer de graves problèmes d'anxiété sans rien faire», dénonce Catherine Fournier.

Photo d'archives

Elle est pour la gratuité des produits menstruels dans les écoles   

En 2020, elle propose une motion, encore une fois adoptée à l’unanimité par l'Assemblée nationale, demandant au gouvernement du Québec d'étudier la possibilité de rendre les produits menstruels accessibles gratuitement dans les établissements publics, notamment dans les écoles.

• À lire aussi: Un pas vers un accès gratuit aux produits menstruels dans les établissements publics

«Ce sont des sommes marginales dans les budgets et il y a la question de l’égalité des femmes à prendre en compte. J’espère qu’on ne sera pas dans les retardataires, mais qu’on va rattraper les avant-gardistes», soutient-elle.