Le palmarès des questions les plus surprenantes posées à des pros de l’impôt | 24 heures
/portemonnaie

Le palmarès des questions les plus surprenantes posées à des pros de l’impôt

Craignez-vous d’être jugé par votre comptable devant votre peu de connaissances en règles fiscales? Sachez qu’il en voit de toutes les couleurs en pleine saison des impôts. Porte-monnaie vous présente un palmarès des questions les plus absurdes et de leurs réponses tout aussi surprenantes en compagnie de la spécialiste supérieure de l’impôt chez H&R Block, Josée Cabral.  

Catégorie «mode de vie»  

«Est-ce que je suis éligible à un crédit d’impôt additionnel puisque je suis intolérant au gluten et que mon épicerie me coûte plus cher?»

Imaginez-vous que oui!... à certaines conditions. 

Votre intolérance, qu’elle soit modérée ou importante, doit être reconnue par un médecin. Ensuite, ce sont vos talents en tableaux Excel qui entrent en piste. 

«Il faut calculer la différence entre le coût d’un produit avec et sans gluten pour déterminer le montant déductible à la fin de l’année fiscale», explique Josée Cabral. 

Vous devrez donc tenir un registre des coûts pendant l’année. Par exemple, si un pain avec gluten coûte 3$ et que celui sans gluten est 5$, vous pouvez réclamer 2$ en frais médicaux.  

Il n’est pas nécessaire de fournir une pièce justificative lors de vos impôts, mais l’experte d’H&R Block conseille de toujours l’avoir sous la main en cas de vérification. 

AFP

«Je vis à Rosemont et j’ai participé au projet pilote de la ville qui permettait d’avoir un poulailler urbain. Ce projet animalier m’a grandement aidé à combattre mon anxiété et ma dépression – est-ce que je peux déduire ce projet comme frais médicaux ?»

Malheureusement, non, puisque les poules ne sont pas considérées comme un animal d’assistance. Dans ce cas précis, on parle plutôt d’une dépense personnelle. 

«Si quelqu’un possède un chien d’assistance reconnu par un organisme, c’est possible de faire déduire les dépenses du vétérinaires et la nourriture par exemple», explique Josée Cabral.  

Éditions ÉcoSociété

«J’ai déménagé à l’autre bout du pays pour une offre d’emploi, mais j’ai dû prendre des dispositions spéciales pour le voyage de mes trois tarentules, puis-je déduire ces frais-là ?»

Oui! Les frais de déménagement sont déductibles... peu importe ce qui vous accompagne. 

Vous devez répondre à ces deux critères: vous déménagez pour vous rapprocher d’un nouvel emploi ou pour suivre un programme postsecondaire à temps plein et vous vous rapprochez d’au moins 40 kilomètres de notre nouveau lieu de travail ou d’études. 

«On peut prendre l’exemple de quelqu’un qui part de Trois-Rivières pour habiter à Montréal dans le cadre de son travail. C’est important d’avoir des preuves à l’appui!», rappelle Josée Cabral.  

Catégorie «COVID-19»  

«Le gouvernement nous exige de porter des masques pour nous protéger contre la COVID-19. Est-ce que je peux déduire les coûts pour l’achat de ces masques comme des frais médicaux ?»

C’est plate, mais non. Par contre, les gouvernements nous ont récemment fait un cadeau.   

«Depuis le 6 décembre 2020 et jusqu’à la fin de la pandémie, les masques et écrans faciaux sont détaxés au pays», rappelle Josée Cabral.  

Plusieurs frais médicaux peuvent néanmoins être déduits de votre déclaration. Parmi eux: les services médicaux fournis par un médecin, les médicaments sur ordonnance, le dentiste, l’achat de lunettes ou de lentilles cornéennes, les analyses en laboratoire et les services ambulanciers. 

AFP

«Pendant la pandémie, je me suis mis à diffuser du contenu sur OnlyFans. OnlyFans me paie en dollars américains – est-ce que je vais devoir remplir une déclaration de revenus aux États-Unis et au Canada ?»

«Vous devez déclarer vos revenus au Canada, pas aux États-Unis, répond Josée Cabral. Le Canada et les États-Unis ont une convention fiscale pour éviter les doublements d’impôts. On reçoit donc un feuillet (W8BEN) avec lequel on peut faire nos rapport d’impôts». 

Dans le cas de OnlyFans, 30% des revenus d’un créateur sont retenus à la source. Par exemple, sur un revenu de 1000$ fait sur la plateforme, 300$ seront prélevés aux États-Unis et 700$ iront dans les poches du particulier.  

«L’Agence du revenu ne se soucie pas du type de profession que vous faites tant que c’est légitime. Ils veulent juste que vous payez vos impôts», ajoute la spécialiste.  

«Malgré la pandémie, j’ai continué à offrir mon chalet sur AirBnb. Afin de garantir la sécurité de mes visiteurs, j’ai engagé une entreprise professionnelle pour faire le nettoyage et la décontamination des lieux avant et après chaque visite. Est-ce que je peux déduire ces frais ?» 

Pour tous les petits snoros de ce monde, sachez que les frais de ménage avant et après la venue des visiteurs sont bel et bien déductibles.  

Bien que ce soit fortement déconseillé de louer un chalet dans le contexte que l’on connaît, les règles fiscales s’appliquent normalement. 

AFP

Catégorie «situation exceptionnelle»  

«Je n’ai pas fait ma déclaration de revenus depuis 3 ans. Si je les déclare tous ensemble, est-ce que je vais éveiller des soupçons et me faire mettre sur une sorte de liste de surveillance criminelle ?»

Non, le groupe tactique d’intervention ne viendra pas défoncer votre porte. Par contre, il est fortement conseillé de produire sa déclaration d’impôts chaque année et voici pourquoi. 

«La seule chose qui pourrait arriver, c’est que Revenu Québec ou Revenu Canada vous envoie une lettre en vous donnant 30 jours pour faire votre déclaration d’impôts», indique l’experte.  

«C’est tout?», vous vous dites? Non. Vous pourriez aussi perdre votre crédit de solidarité au bout de 4 ans de non-production de vos déclarations.  

«On entend parfois des gens nous dire que ce ne les dérange pas, de tout façon ils savent qu’ils doivent de l’argent au gouvernement. Ironiquement, ces personnes-là peuvent recevoir un retour d’impôts alors c’est à leur avantage de faire leur déclaration!», donne en exemple Josée Cabral.  

Petit rappel: la date limite pour produire sa déclaration de revenus est fixée au 30 avril chaque année. Après cette date, les contribuables doivent payer une pénalité de 5% du solde impayé en plus d’une pénalité additionnelle de 1% par mois de retard. 

Le meilleur réflexe est de prendre un arrangement de paiement avec le gouvernement pour couper vos intérêts. Ça fait plaisir! 


«Je vends du cannabis, est-ce que je peux déduire l’équipement pour sa cultivation?»

Oui, à condition d’être un producteur enregistré. Bien entendu, on ne s’adresse pas ici aux cultivateurs de sous-sol équipé aux LED violets.  

«Si vos revenus dépassent 30 000$ par année, vous devez vous enregistrer à la TPS et à la TVQ. Comme n’importe quel producteur de cultures, l’équipement est déductible d’impôts», explique Josée Cabral. 

Autre point à soulever: si vous consommez du cannabis à des fins médicales et que sa prise vous est prescrite, vous pouvez également déduire cette dépense. 

«Il faut absolument que ce cannabis provienne d’un cultivateur certifié. Une personne qui en achète à la SQDC ne pourra pas ne le déclarer», nuance la spécialiste en impôts. 

Photo courtoisie

«Le fils de six ans que mon copain a eu avec son ex, ainsi que la demi-sœur de cet enfant (dont mon copain n’est pas le père) viennent d’emménager dans notre appartement. Puis-je demander l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) pour eux, même si je n’ai aucun lien de parenté avec l’un ou l’autre de ces enfants ou si je ne suis pas mariée ?»

SI vous avez relu cette question à trois reprises, c’est normal. Pourtant, la réponse, est simple: qu’on soit parent ou non, on a le droit de demander l’ACE. Seule condition: avoir la garde principale de l’enfant ou sa garde partagée.  

«Il faut remplir le formulaire RC66 du fédéral et c’est eux qui décideront si vous êtes éligible. C’est bien important de répondre le plus fidèlement possible à votre situation dans un délai approprié», conseille Josée Cabral.  

Il vous faudra aussi démontrer que l’enfant est sous votre garde en prouvant par exemple que l’enfant va à l’école ou en ayant une preuve de ses frais médicaux.