La traductrice blanche d’Amanda Gorman aux Pays-Bas démissionne après un «tollé» | 24 heures
/panorama

La traductrice blanche d’Amanda Gorman aux Pays-Bas démissionne après un «tollé»

Image principale de l'article La traductrice blanche d’Amanda Gorman démissionne
AFP

Une écrivaine néerlandaise a renoncé à traduire les oeuvres d'Amanda Gorman, la jeune poétesse qui s'est fait connaître lors de l’investiture du président Joe Biden, après un tollé autour du fait qu’un traducteur noir n’a pas été choisi. Retour sur la polémique impliquant Marieke Lucas Rijneveld et les oeuvres d'Amanda Gorman.

• À lire aussi: Black Love Market: un marché de petites entreprises «black owned» au Bar Pamplemousse

Qui est Marieke Lucas Rijneveld?       

Née en 1991 aux Pays-Bas, Marieke Lucas Rijneveld lance sa carrière d'écrivaine en 2015 avec la sortie de son premier recueil de poésie, Calfs Caul. Acclamée par la critique, elle devient la nouvelle sensation de la littérature néerlandaise.

La poète Marieke Lucas Rijneveld à Ultrecht le 22 juillet 2020.

AFP

La poète Marieke Lucas Rijneveld à Ultrecht le 22 juillet 2020.

L’artiste de 29 ans est devenue l'an dernier la plus jeune lauréate du prix international Booker pour son livre L’inconfort du soir. Son roman décrit, du point de vue d'une jeune femme, les effets d’une tragédie sur une famille religieuse d’éleveurs bovins. Il a été publié dans plus de 38 pays. 

Rijneveld, qui s’identifie comme non binaire, utilise les pronoms «iel». 

La traductrice d’Amanda Gorman       

L’éditeur néerlandais Meulenhoff avait choisi Rijneveld pour traduire The Hill We Climb, le désormais célèbre poème d'Amanda Gorman. Sa publication est prévue pour le 20 mars aux Pays-Bas. L'écrivaine en avait fait l'annonce le 23 février dernier, ajoutant que la réponse «ne pouvait qu'être oui».

Amanda Gorman, poétesse originaire de Los Angeles, avait récité son oeuvre lors de l’inauguration du président américain Joe Biden. 

Le poème, qui est inspiré par l’attaque du Capitole en janvier dernier, appelle à l’unité au pays. 

Mais le choix d’une écrivaine à la peau blanche pour traduire un livre écrit par une femme noire a déclenché de vives réactions. La militante noire Janice Deul a déclaré qu’il s’agissait d’«un choix incompréhensible», ajoutant comprendre les personnes «qui ont exprimé leur douleur, leur frustration, leur colère et leur déception sur les médias sociaux».

Selon elle, la maison d’édition a manqué une «occasion» en n’employant pas une personne noire pour traduire l’œuvre d’Amanda Gorman. Marieke Lucas Rijneveld est «blanche, non binaire et n’a aucune expérience dans ce domaine», a-t-elle affirmé.

Rijneveld s’incline et tourne la page       

Devant les critiques, l’auteure a annoncé sa démission la semaine dernière à titre de traductrice.

«Mon cœur et mon esprit sont toujours remplis des événements de ces derniers jours», a déclaré Marieke Lucas Rijneveld sur Twitter, ajoutant vouloir publier un poème sur la polémique de ces derniers jours intitulé La poésie unit, réconcilie et guérit

Vendredi dernier, l'écrivaine s’est dite choquée «par le tollé» autour de son «implication» dans la diffusion du message d’Amanda Gorman. L’écrivaine dit avoir toujours bénéficié du soutien de l’équipe d’Amanda Gorman, ajoutant que cela aurait été une «mission formidable et honorable» de traduire sa poésie.

«J’aurais mis tout mon amour dans la traduction du travail d’Amanda, considérant que la plus grande tâche est de garder sa force, son ton et son style», a-t-elle ajouté. 

Et la traduction française?       

La traduction française de l’œuvre d’Amanda Gorman sera réalisée par la chanteuse belgo-congolaise Marie-Pierra Kakoma. 

D’après des informations de Livres Hebdo, le poème traduit en français paraîtra en mai aux éditions Fayard en France, une maison du groupe Hachette. On pourra également lire le recueil complet de Gorman cet automne, The Hill We Climb and other poems.

-Avec les informations de l'AFP

Sur le même sujet