Dans l’univers musical de Patrick Senécal | 24 heures
/pop

Dans l’univers musical de Patrick Senécal

Image principale de l'article Dans l’univers musical de Patrick Senécal

Alors qu’il vient de signer le scénario d’une nouvelle série de 10 épisodes intitulée Patrick Senécal présente, l’auteur prolifique nous parle de son rapport à la musique.

Quand on lit les romans de cet écrivain, avec son univers souvent violent et ses personnages au destin tordu, on n’a pas l’impression qu’il écoute de la musique nouvel âge. Mais ces choix musicaux peuvent quand même nous surprendre... Surtout certaines de ses pièces de prédilection dans les soirées karaokés! 

Et Patrick Senécal nous parle de ses groupes fétiches avec la même passion qu’il déploie pour parler de ses récits. Rencontre enrichissante – et pas du tout sanglante – avec ce romancier, scénariste et chanteur à ses heures. 

Es-tu content qu’on commence à s’intéresser au cinéma d’horreur au Québec?

Pour le cinéma, on l’a déjà fait depuis quelques années. Quand on a fait Sur le seuil, c’était quand même une des premières fois, dans le cinéma populaire, qu’on sortait un film fantastique d’horreur avec des vedettes. Il y avait quelque chose d’excitant là-dedans. 

C’est la télévision qui est un peu à la traîne. Mais on essaie de remédier un peu à la situation. C’est sûr qu’avec une série comme Patrick Sénécal présente, je pense qu'il y a une volonté de vouloir montrer qu’on peut faire ça au Québec. Parce qu’il faut attirer un public jeune. Je parle des 18-35 ans qui écoutent beaucoup Netflix, Crave ou des plateformes américaines qui proposent des séries un peu plus crunchy

On parle souvent de tes romans comme étant glauques, voire lugubres, est-ce que tu écoutes de la musique qui pourrait se rapprocher de cet univers?

Oui! Je suis un gros fan de Nine Inch Nails. Évidemment, Nine Inch Nails, c’est pas la joie de vivre. C'est assez agressif, assez violent. Oui, c’est de l’électro et c'est quand même souvent très rythmé, mais y a des pièces plus sombres, plus ambiantes. 

Qu’est-ce que tu écoutes quand tu écris?

Toute la série des Ghost de Nine Inch Nails justement. Ils ont fait Ghost 1, 2, 3, 4. Ils viennent de sortir Ghost 5 et 6. C'est de l’instrumental. Il y a des ambiances vraiment glauques là-dedans. Très sombres. J’aime bien la musique sombre. Pas tout le temps, mais j’aime ça en travaillant. 

Tu as écouté du métal quand tu étais jeune?

Oh oui! J’en écoute encore, mais beaucoup moins qu'avant. Je suis encore un rocker. Mais c’est sûr que d'écouter du death metal aujourd’hui, ça me fait un peu sourire. Je trouve que c’est un genre avec lequel il est difficile de se renouveler. Écouter un chanteur qui chante (imitant le chant guttural typique du death metal) rrraaarrrrwww pendant tout un album? J’ai bien de la difficulté à prendre ça au sérieux.

Même quand j'étais ado, j’écoutais pas ça. J’écoutais du Metallica, Iron Maiden. Je trouve ça encore bon. Même Pantera, ça m'arrive encore d’écouter ça. 

Quel album te ramène à ton adolescence?

Master of Puppets de Metallica. À chaque fois que je l’entends, j’ai tout mon cégep qui me passe dans la tête. 

Est-ce que tu es musicien ?

Je suis chanteur. Quand j’étais au cégep, j’avais des chums musiciens et on avait un petit band pour le fun. Depuis 3-4 ans, on se réunit et on jam pendant 4 heures de temps. On joue des vieilles tounes d’Iron Maiden, de Metallica et du Mötley Crüe. 

Et chaque fois qu’on joue du Motley Crue, je me dis: «calvaire que c’était pas bon!» Il y a beaucoup de ces chansons-là qui ont mal vieilli en tabarnouche. Metallica, ça tient encore la route. Iron Maiden aussi. Megadeth aussi. Mais Ratt et Mötley Crüe, c’est pourri. 

J'ai entendu dire que tu étais un fan des karaokés...

Je suis un maniaque de karaoké! J’adore chanter. Je chante des tounes de Metallica, mais je chante aussi des tounes des Bee Gees. Je chante n’importe quoi. J’ai peur de rien! 

Mais c’est quoi TA toune?

J’aime bien faire Sad But True de Metallica. Avant que la COVID arrive, je me suis mis à faire Rebell Yell de Billy Idol. Je chante aussi How Deep Is Your Love des Bee Gees. 

Quel album écoutes-tu au complet sans skipper de tounes?

L’album Downward Spiral, j’écoute ça au complet sans skipper aucune toune. 

Tes dernières découvertes en musique?

Kassa Overall, un batteur de jazz. Il fait du jazz électronique avec un peu de hip-hop, un peu de soul. C’est vraiment bon. 

Quand tes romans sont adaptés au cinéma, est-ce que tu as un mot à dire sur la musique de la trame sonore?

C’est intéressant comme question parce que je suis quelqu’un qui se méfie beaucoup de la musique au cinéma. Je trouve que ça peut être un artifice extrêmement tape-à-l’œil. Mais ça peut être quelque chose d’extraordinaire quand c’est bien fait. 

Mais dans le cinéma d’horreur, ça peut devenir un piège, une béquille. De mettre une musique épeurante pour une scène épeurante, ça peut devenir un peu répétitif et insignifiant. 

Ta trame sonore de film préférée?

Il y a des trames sonores avec de la musique qui existe déjà. Tarantino est un maître de ça. Sur Reservoir Dogs, toutes les tounes sont hallucinantes. Il y a aussi Scorsese avec Goodfellas

Pour ce qui est des trames sonores composées exprès pour le film, il m’en vient deux en tête: There Will Be Blood. Et Fargo des frères Coen. Carter Burwell, le compositeur d’à peu près tous les films des frères Cohen, fait vraiment une job hallucinante. 

Les cinq premiers épisodes de Patrick Sénécal présente sont offerts sur Club illico depuis le 25 février 2021. Pour encore plus de musique et d’exclusivités: qubmusique.ca.

À lire aussi

Et encore plus