Voici pourquoi le Village de Montréal ne veut plus qu’on l’appelle le Village gai | 24 heures
/panorama

Voici pourquoi le Village de Montréal ne veut plus qu’on l’appelle le Village gai

Image principale de l'article Le Village de Montréal plutôt que le Village gai
Guy - stock.adobe.com

Le Village gai de Montréal ne veut plus qu’on le désigne ainsi. Pour être plus inclusif et mieux représenter les diversités sexuelles, il souhaite qu'on abandonne le qualificatif « gai » et qu'on l'appelle, tout simplement, le Village de Montréal.

«Tu as peut-être l’habitude de m’appeler le “Village gai”. Mais en 2021, j’aimerais ça que ça change. Parce que l’inclusion et la diversité sexuelle et de genre, c’est très important pour moi. Me voici donc, je suis le Village de Montréal, le plus grand village 2SLGBTQ+ au MONDE!», a écrit Village Montréal, mercredi, sur Facebook et Instagram. 

Le message était accompagné d’une définition de chacune des lettres qui composent l’acronyme 2SLGBTQ+. 

Il ne s'agit toutefois pas d'un changement de nom officiel pour le Village. 

«Ça ne s’inscrit pas dans une campagne, ce n’est pas un changement de nom et on ne demande pas aux gens de dire: je m’en vais dans le village 2SLGBTQ+ prendre un verre ce soir», explique Yannick Brouillette, directeur général de la Société de développement commercial du Village. 

«Ce qu’on veut, c’est faire prendre conscience aux gens qu’on est une terre d’accueil et un refuge sécuritaire pour l’ensemble des communautés de la diversité.»

Plusieurs clientèles LGBTQ2S ne se sentaient pas accueillies et bien représentées dans le Village en 2020.

Photo Agence QMI, Joel Lemay

Plusieurs clientèles LGBTQ2S ne se sentaient pas accueillies et bien représentées dans le Village en 2020.

Dans un manifeste publié en 2020, la SDC du Village l'avait d'ailleurs déjà considéré comme le «plus grand village 2SLGBTQ+ au monde». Le manifeste avait été déposé à la suite d’une étude ethnographique menée auprès de membres du Village qui faisait notamment état de problèmes d’inclusion et de discrimination.

Pour M. Brouillette, Montréal doit continuer d'être reconnue à l'international comme l'une des villes les plus inclusives au monde, et la démarche du Village va dans ce sens.  

«Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on n’enlève absolument rien à l’histoire du Village, aux commerçants et aux différentes communautés l’ayant créé, affirme-t-il. L’histoire reste la même, mais le village d’il y a 20 ans et celui de demain, ça ne peut pas être le même village.»

«On se doit d’être plus inclusif», conclut-il. 

À lire aussi

Et encore plus