Les cinq bonnes nouvelles pour la planète | 24 heures
/environment

Les cinq bonnes nouvelles pour la planète

Image principale de l'article Les cinq bonnes nouvelles pour la planète
AFP

Un stationnement a été transformé en micro-forêt, une rivière québécoise a été reconnue comme une «personnalité juridique» et une ville anglaise a imposé une taxe sur les véhicules polluants. Voici cinq bonnes nouvelles pour la planète qui ont fait jaser dans les derniers jours.

• À lire aussi: C’est quoi, au juste, GNL Québec? Ce qu'il faut savoir pour mieux comprendre le projet controversé 

• À lire aussi: Cet ancien Montréalais veut prouver qu'on peut se déplacer à vélo 12 mois par année, même en région

France 

AFP

Ce qui était autrefois un stationnement est maintenant devenu une micro-forêt dans la ville de Bordeaux. Située dans un quartier résidentiel, cette place de 180 m2 va comporter à terme 600 plants de 25 espèces d’arbres différentes.  

Équateur 

Photo Adobe Stock

Neuf tortues luths sont nées sur les côtes équatoriennes la semaine dernière. Les œufs de la plus grande tortue marine du monde – en voie d’extinction – ont été incubés artificiellement sur une plage. Le nid avait été déplacé en raison de l’hiver rigoureux pour que les tortues puissent se rendre à terme.

Canada 

DENIS HUDON/ARGENT/AGENCE QMI

La papetière Produits forestiers Résolu s’engage à réduire de 30% ses émissions absolues de GES d’ici 2025. Pour réussir cette rapide transition, l’entreprise prévoit moderniser ses installations et réduire jusqu’à 20% son recours aux énergies fossiles dans ses usines de Saint-Félicien et Thunder Bay.  

Royaume-Uni 

AFP

Depuis lundi, la ville de Bath impose une taxe quotidienne aux conducteurs de véhicules polluants. Pour rouler dans le centre de cette ville anglaise, le prix peut varier de 9 à 100 livres (15 à 173 $ CA). Il s'agit d'une initiative unique à l’extérieur de Londres pour diminuer les émanations toxiques.   

Québec 

Boreal River

La rivière Magpie, sur la Côte-Nord, est maintenant reconnue comme une «personnalité juridique». Fruit d’un consensus entre le Conseil des Innus d’Ekuanitshit et la MRC de Minganie, ce statut va permettre aux tribunaux de trancher un litige si une injustice est commise envers le cours d’eau.

Sur le même sujet