Cette carte dévoile le montant requis pour une mise de fonds dans chaque région du Québec | 24 heures
/misc

Cette carte dévoile le montant requis pour une mise de fonds dans chaque région du Québec

Si vous êtes à la recherche de votre maison de rêve, vous savez que le marché immobilier est assez fou actuellement, spécialement à Montréal.

• À lire aussi: 5 conseils essentiels pour acheter une première propriété sans (trop) stresser

C'est pourquoi vous avez probablement deux ou trois couples d'amis qui ont soit décidé de mettre sur pause leur rêve, soit réorienter leurs recherches ailleurs que dans la grande région de Montréal, là où leurs budgets leur permettent de trouver une jolie maison. Soyons honnêtes, achetez une maison à Montréal, ce n’est pas la même game qu’en Gaspésie, par exemple. 

Évidemment, pour choisir la région dans laquelle on achète, il faut avoir la mise de fonds correspondante. 

Pour vous donner une idée de ce que ça représente, le 24 heures a calculé le prix de la mise de fonds requise pour chacune des régions du Québec, en se basant sur la valeur médiane d'une maison unifamiliale au dernier trimestre de 2020, selon les données compilées par Centris. 

Le prix médian pour une maison unifamiliale est également indiqué, ainsi que l'augmentation de prix par rapport au même trimestre en 2019.

Bien que le montant de la mise de fonds soit un facteur important, vos recherches ne dépendent pas que de ça. 

Évidemment, il y a un paquet de facteurs à considérer alors voici quelques pistes pour orienter vos réflexions:

À Montréal, les aubaines sont... au centre-ville  

Si vous voulez habiter dans la région de Montréal, préparez-vous à sortir votre portefeuille: non seulement les prix sont élevés, mais ils augmentent vite (18% au dernier trimestre). Et c'est encore plus vrai en banlieue! 

C'est quoi le bon spot pour investir en 2021 dans la métropole? 

«Je crois que les meilleures affaires se trouvent en ce moment au centre-ville de Montréal, mais si ça ne cadre pas avec ses besoins, ça ne sert à rien», lance Daniel Germain, chroniqueur en finances personnelles.  

• À lire aussi: Cette carte dévoile le prix médian des condos à proximité de chaque station du métro de Montréal

C’est vrai qu’acheter un condo au centre-ville de Montréal pour l’habiter parce qu’on en trouve un à bon prix, ce n’est pas un bon move si on n'a pas d'intérêt à vivre à deux pas des tours de bureaux, loin des épiceries de quartier et des parcs.  

Reste que si vous avez toujours voulu investir au centre-ville, c’est le moment ou jamais de vous lancer dans l’aventure: c’est l’un des seuls endroits dans la province où l’offre et la demande s’équilibrent.  

Attention à la surenchère en région  

Avec la pandémie et le télétravail, qui pousse des urbains à s’exiler, les prix ont grimpé rapidement dans des régions plus éloignées qui demeurent à une distance de route raisonnable de Montréal, comme les Laurentides ou l’Estrie, ce qui crée de la surenchère. 

«C’est la folie pure. Le prix affiché [dans l’annonce] est souvent dépassé de 25 à 30%, c’est assez spectaculaire», explique Charles Brant, directeur de l’analyse du marché pour l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. 

Il rappelle que la mode du télétravail ne se maintiendra peut-être pas: si vous pouvez patienter un peu, ça peut valoir la peine d’attendre que les prix redescendent avant d’acheter dans une région en forte augmentation. 

Pour rêver et peu et découvrir une tonne de belles propriétés à vendre, suivez Maison Silo sur Instagram!

Ne manquez pas nos dernirèes vidéos!

s

s

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus