Aucune femme récompensée aux Olivier : les responsables du gala se défendent | 24 heures
/bref

Aucune femme récompensée aux Olivier : les responsables du gala se défendent

Image principale de l'article Les responsables du Gala Les Olivier se défendent.
Courtoisie APIH

Les responsables de l'organisation du gala Les Oliver estiment qu'il s'agit d'un «hasard» si aucune femme n'a été récompensée lors de la cérémonie de dimanche, et soutient que «le sexe n'est pas un critère pour obtenir un prix». 

• À lire aussi: Les 13 moments clés du gala les Oliviers

«C’est bien le produit qui est évalué, et non pas le sexe de la personne. Si on a ces résultats-là pour les finalistes, c’est que ce sont ceux qui se sont le plus démarqués à partir des critères imposés », explique Joanne Pouliot, directrice générale de l’Association des professionnels de l'industrie de l'humour (APIH), responsable d'organiser la cérémonie.

Six femmes étaient finalistes dans des catégories, notamment Marianna Mazza (Olivier de l’année), Christine Morency (découverte de l’année) et Rosalie Vaillancourt (artiste COVID de l'année et Olivier de l’année). 

Aucune d'entre elles n'a remporté les honneurs lors de la cérémonie organisée par François Bellefeuille.

Le manque de parité n'est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux où plusieurs personnes ont réagi, notamment sur Twitter. 

Quand le dernier prix du Gala, l’Olivier de l’année, a été remis à un homme, la chroniqueuse Eugénie Lépine-Blondeau - qui fait partie du jury des Olivier - a tweeté sa déception.

L’humoriste Rosalie Vaillancourt a lancé une boutade aux organisateurs sur Facebook. «Super gala hier. L’an prochain, si on se force plus, une femme va peut-être gagner un prix !!! (Joke)», peut-on lire dans le statut publié lundi.

Un utilisateur du nom de Maximum Duchesne a notamment fait part de son désarroi en tweetant un GIF de l'animatrice américaine Oprah Winfrey éberluée avec la mention : «quand tu réalises qu’aucune femme n’a gagné un prix au #GalaOlivier».

Sors-tu.ca y est allé de la même observation en ajoutant : «rien pour aider la réputation de #boysclub dans ce milieu».

Un «Olivier féminin de l'année»?

Mme Pouliot admet qu’il y a de plus en plus de femmes dans le milieu de l’humour et n’exclut pas de créer un «Olivier féminin de l’année» à partir de l’Olivier de l’année pour les prochaines éditions du gala.

«C’est une proposition qui est sur la table et qui va être étudiée éventuellement, la réglementation est révisée chaque année. Il se pourrait très bien que quelque chose du genre soit proposé», ajoute-t-elle.

La directrice générale de l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour, Joanne Pouliot.

Courtoisie

La directrice générale de l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour, Joanne Pouliot.

Une catégorie doit toutefois prendre plusieurs candidats disponibles pour être formée, rappelle Mme Pouliot. Tout artiste membre de l’APIH doit déposer lui-même sa propre candidature afin de remporter un prix et non l’inverse, rappelle Mme Pouliot. 

«On part des candidatures reçues pour soumettre toutes ces candidatures à des jurys pour chacune des catégories», explique-t-elle.

D’après la liste rendue publique par l’APIH sur internet, le 24 heures a constaté que l’ensemble du jury est composé de 49 personnes; 18 sont des femmes et 31 sont des hommes.

Les femmes nommées au Gala Les Olivier (2021)    

  • Christine Morency (découverte de l’année)
  • Rosalie Vaillancourt (artiste COVID de l’année et Olivier de l’année)
  • Mariana Mazza (Olivier de l’année)
  • Michelle Desrochers (capsule ou sketch radio humoristique de l’année)
  • Coco Belliveau (numéro d’humour de l’année),
  • Mélanie Ghanimé (numéro d’humour de l’année)

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus