Un party à 200 000$: la police de Laval a distribué 130 contraventions liées à la COVID-19 | 24 heures
/bref

Un party à 200 000$: la police de Laval a distribué 130 contraventions liées à la COVID-19

Image principale de l'article Party à 200 000$: 130 contraventions distribuées
MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Les autorités ont donné un coup de barre à des jeunes lavallois dimanche soir en leur remettant pour plus de 200 000$ en contravention pour leur rassemblement illégal, ce qui devrait en dissuader quelques-uns de les imiter, selon des experts.  

«C’est sûr, ça atteint l’objectif de dissuasion», commente Me Éric Lamontagne, de chez Contravention experts. «L’amende reflète l’urgence de la situation.» 

Dimanche, vers 20h, environ 200 jeunes se sont rassemblés dans le stationnement d'un Tim Hortons près de l’autoroute 13. 

Photo Martin Alarie

Plus d’une centaine de véhicules modifiés s’y trouvaient quand les autorités sont intervenues pour remettre des constats d’infraction à la suite de plaintes.

«Message fort»

Au total, 130 constats liés à la COVID-19 ont été remis, au montant de 1550$ chacun, indique la police de Laval. Cette petite soirée coûtera donc vraisemblablement 201 500$ à ses participants. 

MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Les policiers ont aussi procédé à deux arrestations, dont une pour entrave.

«On voulait envoyer un message fort, et surtout rappeler que Laval est encore en zone rouge, indique l’agente Julie Marois. Oui, il fait beau, le couvre-feu a été retardé, mais ça ne fait pas en sorte que les rassemblements sont permis.»

Photo Martin Alarie

Même s’il en convient que l’amende est dissuasive, l’ex-policier et ex-président de SOS Ticket Alfredo Munoz croit qu’une facture salée n’est pas la façon de faire.

«Faut se demander pourquoi les jeunes font ça, dit-il. On peut être dans la cour d’école à 200 personnes, mais pas un stationnement. Ils doivent percevoir une contradiction dans le message du gouvernement. Il y a un échec de prise de conscience qui n’est pas la faute des policiers.»

«Avec la présence de variants, on doit redoubler de prudence et respecter les consignes et directives de la Santé publique, tant que la majorité de la population ne sera pas vaccinée. Donc, faire de tels rassemblements, ce n’est vraiment pas une bonne idée», a réagi hier par courriel Marc Demers, maire de Laval.

«Les activités récréatives extérieures doivent respecter les règles sanitaires. 

À lire aussi

Et encore plus