Bruxisme, caries, tartre, problèmes de gencives: le confinement a des effets néfastes sur la santé de nos dents | 24 heures
/panorama

Bruxisme, caries, tartre, problèmes de gencives: le confinement a des effets néfastes sur la santé de nos dents

Image principale de l'article Les effets néfastes du confinement sur nos dents
Antonioguillem - stock.adobe.com

Vous brossez-vous les dents autant qu’avant le début de la pandémie? La réponse risque d’être non. Plusieurs dentistes nous ont indiqué que le confinement et le bouleversement des habitudes de vie qu’il a entraîné avaient eu des effets néfastes sur la santé des dents. Tour d’horizon des raisons qui nous poussent aujourd’hui à prendre rendez-vous chez le dentiste.  

Le stress cause plus de bruxisme  

Un des problèmes de santé principaux qui sont apparus pendant la pandémie est le grincement de dents, qu’on appelle aussi le bruxisme. Le problème serait causé, entre autres, par le stress de la pandémie et du confinement, selon le Dr Shahdad Heydari, de la Clinique dentaire Dr Heydari et associés, à Montréal.  

«Avec l’isolement, le confinement, les pertes d’emploi, l’incertitude ou la précarité, j’ai remarqué que le niveau de stress avait augmenté sensiblement chez les patients, explique le Dr Shahdad Heydari. Et ça a eu un impact. On voit plus de grincement de dents, de bruxisme, de fractures des cuspides des dents. Plus qu’à la normale, définitivement.»  

Dr Shahdad Heydari, de la Clinique Dentaire Dr Heydari et Associés, à Montréal

Dr Shahdad Heydari, de la Clinique Dentaire Dr Heydari et Associés, à Montréal

Le même phénomène a été observé par Oscar Reyes, assistant dentaire et technicien à la Clinique dentaire Joliette. Ici aussi, il y a eu une augmentation importante du nombre de cas de bruxisme et de grincement de dents.  

«On en voit beaucoup, insiste-t-il. Ça a augmenté d’au moins 60 ou 70%.»   

Un constat préoccupant, mais que ces dentistes sont loin d’être les seuls à faire. Un sondage réalisé par l’Association dentaire américaine (ADA) rapporte que 70% des dentistes interrogés ont noté une augmentation du nombre de patients souffrant de bruxisme ou de serrement de dents depuis le début de la pandémie.  

On néglige nos dents depuis un an   

La pandémie a été source de stress, mais elle a aussi bouleversé les habitudes de vie. Si certaines personnes ont eu plus de temps qu’avant pour soigner leur hygiène buccodentaire, d’autres l’ont plutôt mise de côté. Par exemple, des patients ont confié à leur dentiste qu’ils se brossaient moins les dents qu’avant.  

«J’ai vraiment les deux, explique le Dr Shahdad Heydari. Il y en a qui ont trouvé plus de temps pour prendre soin de leur dentition, d’autres moins. Mais je vous dirais que, grosso modo, ça penche plus du côté de la négligence.»  

On attend à la dernière minute pour prendre rendez-vous   

Les suivis annuels ont également été retardés de façon générale depuis le début de la pandémie, a constaté le Dr Éric Roy, de la Clinique dentaire Ville-Marie.  

Pourquoi? D’une part, parce que plusieurs patients ont perdu leur emploi ou leurs assurances, rendant le paiement des factures de dentiste plus difficile, mais aussi en raison des craintes d’attraper la COVID-19 en se rendant à la clinique.  

Résultat: beaucoup plus de traitements d’urgence.  

Photo Fotolia

«Les gens attendent à la dernière minute pour faire réparer des dents, explique le Dr Éric Roy. Par exemple, s’il y avait une carie à réparer, ils vont repousser. Ils vont mettre de côté des traitements qu’ils avaient à faire et, après un an, un an et demi, les dents se sont détériorées. On voit une grosse détérioration au niveau dentaire, comparativement à avant.»  

«Même pour les nettoyages... Parfois, on suivait les gens aux quatre mois ou aux six mois; là, on remarque que ça fait un an, un an et demi et ils ne sont pas venus, poursuit-il. Ils accumulent beaucoup plus de tartre, de plaque, de problèmes de gencive à cause de ça. Ça, c’est vraiment tangible, je le vois vraiment.»  

Des risques pour le futur?  

Finalement, pour la Dre Chloé Pfahl, de la Clinique dentaire St-Joseph, à Gatineau, la pandémie n’aura pas apporté une augmentation particulière de certains types de problèmes de santé, mais, selon elle, la transformation de nos habitudes de vie aura probablement des répercussions à moyen et long terme.  

Dre Chloé Pfahl, de la Clinique Dentaire St-Joseph, à Gatineau

Dre Chloé Pfahl, de la Clinique Dentaire St-Joseph, à Gatineau

«Ça ne paraît peut-être pas encore, mais ça va paraître dans une année ou deux», explique-t-elle.   

Et qu’est-ce qui apparaîtra? Une augmentation du nombre de caries, notamment, en raison des collations que l’on mange plus facilement en travaillant de la maison, étant donné que le frigidaire n’est jamais bien loin. Le problème, c’est que le brossage de dents ne suit pas chaque fois.   

«Moi, je pense que ceux qui travaillent de la maison, ils sont toujours en train de grignoter, ce qu’ils ne pouvaient pas toujours faire au bureau», conclut-elle.

À lire aussi

Et encore plus