Affaire Camara: un suspect arrêté par la police | 24 heures
/bref

Affaire Camara: un suspect arrêté par la police

Image principale de l'article Affaire Camara: un suspect arrêté par la police
Photo Agence QMI, Joël Lemay
  •  Le SPVM avait arrêté par erreur Mamadi III Fara Camara pour une agression sauvage sur un policier 
  • Un jeune homme, qui a été arrêté jeudi en Ontario, est soupçonné d'être le véritable auteur du crime  
  • Ali Ngarukiye fait face à plusieurs chefs d’accusation, notamment de tentative de meurtre  

Après avoir arrêté par erreur Mamadi III Fara Camara pour une agression sauvage sur un policier, les autorités croient avoir identifié le véritable auteur du crime, qui serait un jeune de 21 ans qui comparaîtra ce vendredi.

«Ali Ngarukiye, 21 ans, fait face à plusieurs chefs d’accusation, notamment de tentative de meurtre, d’avoir déchargé intentionnellement une arme à feu prohibée, d’avoir désarmé un agent de la paix, de voies de fait graves sur un agent de la paix et de vols de véhicules», a affirmé la police de Montréal par communiqué.

• À lire aussi: Des motions adoptées pour attribuer la résidence à Mamadi III Fara Camara

• À lire aussi: Les médias se réveillent et parlent de discrimination raciale

Quelques heures plus tôt, un mandat d’arrestation avait été lancé au palais de justice de Montréal contre le suspect pour la violente agression à l'endroit du Sanjay Vig, survenue le 28 janvier dernier dans le quartier Parc-Extension.

«Des perquisitions ont également été effectuées à l’adresse où le suspect a été arrêté, de même que dans d’autres lieux qu’il a fréquentés ces dernières semaines», a ajouté la police de Montréal.

Pas une première

Ngarukiye est un résident d’Oshawa, en Ontario, mais il semble qu’il ait résidé récemment à Montréal. Le jeune homme n’en était pas à ses premiers démêlés avec la justice dans la métropole puisqu’en juillet dernier, il aurait commis une introduction par effraction à Montréal, lors desquelles il aurait volé les clés de deux véhicules. Avec un complice qui n’a jamais été identifié, il aurait ensuite volé les deux autos. 

La police l’avait toutefois retracé et avait déposé des accusations à la cour municipale de Montréal. Ngarukiye devait revenir devant un juge en février, quelques jours après l’agression contre l’agent Vig, mais il ne s’était jamais présenté, si bien qu’un mandat d’arrestation avait été lancé contre lui dans ce dossier.

Avec les nouvelles accusations, Ngarukiye risque une longue peine d’incarcération, considérant la nature des crimes, mais aussi leur violence. Lorsque le policier avait été attaqué, de nombreux enquêteurs avaient été dépêchés sur les lieux non seulement pour retrouver l’auteur du crime, mais aussi pour retrouver l’arme volée à l’agent Vig.

Preuve ADN

Or, dans leur empressement, les policiers avaient arrêté Mamadi III Fara Camara, un chargé de laboratoire et étudiant à Polytechnique. Or, après que ce dernier eut passé six jours en détention, l’enquête avait permis de découvrir que les policiers avaient arrêté la mauvaise personne.

Face à cette situation, le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait retiré les accusations. Le chef de police s’était ensuite personnellement excusé auprès de M. Camara.

Depuis, les policiers ont poursuivi leur enquête afin de retrouver l’auteur du crime, mais également l’arme à feu du policier. Cela les a menés auprès de Ngarukiye.

«Des tests d’ADN se sont avérés utiles et concluants dans cette affaire», a assuré la police.

• À lire aussi: 15 citations touchantes de Dany Turcotte lors de son entrevue de départ à Tout le monde en parle

À lire aussi

Et encore plus