La COVID-19 coûtera 30 G$ au Québec: voici 10 choses à retenir du budget | 24 heures
/bref

La COVID-19 coûtera 30 G$ au Québec: voici 10 choses à retenir du budget

Image principale de l'article La COVID coûtera 30 G$: ce qu'il faut savoir
The Canadian Press
  • Québec affiche un déficit de 12,3 G$ cette année  
  • Les maisons d’hébergement pour femmes recevront 4,5 M$ de plus par année, bien loin des montants réclamés  
  • Les étudiants des cégeps et des universités auront droit à 100$ par session pour amoindrir les impacts financiers de la crise sanitaire    

La pandémie de COVID-19 aura coûté environ 30 G$ à l’État québécois d’ici 2025-2026, selon l'évaluation du ministre des Finances, Eric Girard. Cette somme inclut les dépenses et les revenus perdus par l’arrêt des activités économiques. Par contre, les effets positifs de certains investissements perdureront après la crise, a-t-il insisté.

Voici 10 choses à retenir sur le budget déposé jeudi par le ministre des Finances.

400 M$ pour la vaccination    

Québec chiffre pour une première fois le coût de l’opération de vaccination contre la COVID-19. La somme de 400 M$ n’inclut pas le coût des doses fournies par le gouvernement fédéral, mais toute l’opération logistique, y compris l’embauche de personnel et la location d’espaces.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Une forte reprise espérée    

Avec le retour au plein emploi à la fin 2022, Québec entrevoit une très forte reprise économique. Après un recul sans précédent de 5,2% du PIB l’an dernier en raison de la «mise sur pause» de l’économie, le gouvernement Legault prévoit maintenant qu’il progressera de 4,2% en 2021 et de 4% en 2022.

Le retour à l’équilibre repoussé    

Le gouvernement Legault prévoit d'équilibrer les finances d’ici 7 ans, soit en 2027-2028. Il contreviendrait ainsi à la Loi sur l’équilibre budgétaire qui oblige les gouvernements à se limiter à cinq années consécutives de déficits. Aucune compression n’est prévue d’ici à ce que le Québec retrouve le plein emploi, à la fin 2022, juste après les élections provinciales.

Les biens étrangers seront tous taxés    

Le gouvernement souhaite resserrer la perception de la TVQ sur tous les biens en provenance de l’étranger, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici sur certaines marchandises achetées en ligne. Cet ajustement devrait rapporter 1,8 G$ en revenus pour l’État d'ici cinq ans.

Un cadeau pour les étudiants    

Pour alléger le fardeau des étudiants collégiaux et universitaires lourdement affectés par la pandémie, Québec leur donnera 100$ pour chacune des sessions de l’automne 2020 et de l’hiver 2021, si elles sont effectuées à temps plein. Les intérêts sur les prêts étudiants seront aussi annulés du 1er avril 2021 au 31 mars 2022. Le coût de ces deux mesures est estimé à 154,6 M$.

Photo Adobe Stock

Encore plus d’argent pour les infrastructures    

Québec investira dans le béton pour relancer l’économie. Quelque 4,5 G$ sont ainsi ajoutés au Plan québécois des infrastructures qui s’élève maintenant à une somme record de 135 G$ et le gouvernement prévoit dépenser de 60% de cet argent d’ici 5 ans.

Photo tirée du site web de Supermétal

Réduction des impôts pour les PME    

Très affectées par les mesures sanitaires, les 70 000 PME de la province pourront souffler un peu puisque leur taux d’imposition sera réduit de 4% à 3,2% pour ainsi rejoindre celui de l’Ontario. Cette mesure privera Québec de 346 M$ d’ici cinq ans.

Peu de nouvel argent contre les violences conjugales    

En pleine crise de féminicides, le gouvernement Legault annonce un timide rehaussement de 22,5 M$ sur cinq ans pour augmenter le nombre de places dans les maisons d’hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales.

• À lire aussi: 4 pistes de solution pour lutter contre les féminicides

150 M$ pour lutter contre l’exploitation des mineurs    

Québec investira 150 M$ sur cinq ans pour répondre aux recommandations du rapport de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs en élaborant des campagnes de sensibilisation et en renforçant la lutte au proxénétisme.

À lire aussi

Et encore plus