Les oiseaux rendraient aussi heureux que l’argent, selon une étude | 24 heures
/pop

Les oiseaux rendraient aussi heureux que l’argent, selon une étude

Image principale de l'article Les oiseaux rendraient aussi heureux que l’argent
Photo AFP

«L’argent fait le bonheur», chantaient Les Respectables à la fin des années 1990. Eh bien, il semblerait que les oiseaux, eux aussi, «fassent le bonheur».

Du moins, c’est ce que démontre une toute nouvelle étude allemande, publiée récemment sur le site Science Daily et relayée cette semaine par le média américain The Hill.

«Selon ce que nous avons découvert, les Européens les plus heureux sont ceux qui sont entourés de nombreuses espèces d’oiseaux différents dans leur vie quotidienne ou ceux qui vivent près d’environnements presque naturels, qui hébergent plusieurs espèces», conclut l’auteur principal de l’étude, Joel Methorst, chercheur doctorant au Centre de recherche en biodiversité et climat de Senckenberg, au iDiv et à l’Université Goethe à Francfort.

En compilant notamment les données d’un grand sondage de 2012 sur la qualité de vie, mené auprès de plus de 26 000 adultes venant de 26 pays européens, le groupe de scientifiques a découvert qu’il existerait une corrélation entre la joie de vivre et le nombre d’oiseaux vivant aux alentours.

Encore plus spécifiquement, l’équipe du chercheur estime qu’une augmentation de 10% des espèces aviaires environnantes pourrait potentiellement rendre quelqu’un aussi heureux qu’une augmentation salariale comparable.

«À notre grande surprise, nous avons trouvé que la diversité aviaire est aussi importante pour la satisfaction dans la vie que le revenu», a commenté la Dre Katrin Böhning-Gaese, directrice du Centre de recherche en biodiversité et climat de Senckenberg et professeure à l’Université Goethe.

En guise d’exemple, l’étude détaille avoir découvert que 14 espèces d’oiseaux supplémentaires dans l’environnement d’un individu augmenteraient le bonheur de vivre autant que 124€ supplémentaires dans le compte en banque d’une famille dont le revenu avoisinerait les 1235€.

Certes, pour bien comprendre les conclusions de l’étude allemande, il faut regarder un peu plus loin que les oiseaux qui volent à l’horizon. En ce sens, la diversité de ceux-ci viendrait aussi souvent de pair avec un milieu de vie verdoyant, à proximité d’étendues d’eau. On pourrait donc dire que les oiseaux rendent heureux... mais aussi la proximité de la nature.

«La conservation de la nature n’assure pas seulement la base de la vie, mais constitue aussi un investissement dans notre bien-être à nous tous», estime Joel Methorst, qui s’inquiète par le fait même du déclin observé actuellement dans la biodiversité.

«Cela pose un risque que le bien-être de l’humain souffre également d’une nature appauvrie», souligne-t-il.

À lire aussi

Et encore plus