5 conseils pour ne pas vous faire avoir en vendant vos cartes de hockey | 24 heures
/panorama

5 conseils pour ne pas vous faire avoir en vendant vos cartes de hockey

Image principale de l'article 5 conseils pour vendre vos cartes de hockey

Vous voulez faire un peu d’argent en vendant vos cartes de hockey? Voici quelques trucs à garder en tête pour ne pas vous faire avoir, gracieuseté du propriétaire de la boutique Collect-Édition, à La Prairie, Patrick Brisson. 

• À lire aussi: Attention : ils se sont endettés en collectionnant des cartes de hockey

• À lire aussi: Investir son argent dans les cartes sportives, une stratégie populaire

1. Ne restez pas marié avec vos cartes   

Il ne faut pas trop tenir compte de l’amour que vous portez (ou non) à un joueur lorsque vient le temps de décider si vous devez garder votre carte. C’est comme pour les actions en Bourse : il faut savoir vendre au bon moment.  

Après tout, la valeur d’une carte repose sur divers facteurs dont sa rareté, mais aussi les performances du sportif : si ce dernier est sur une bonne séquence, il sera possible de faire des bons gains, mais rien ne garantit qu’il sera tout aussi efficace la semaine prochaine. 

D’ailleurs, si vous pouvez obtenir un prix satisfaisant pour vos cartes, n’hésitez pas : Patrick croit à une diminution de la valeur des cartes au fur et à mesure que le Québec se déconfine. «Tout cet argent-là [investi en ce moment] ne va pas dans le cinéma, les voyages ou dans les restaurants. Il reste dans le passe-temps (des cartes)», explique-t-il. 

2. Surveillez la valeur de vos cartes sur eBay  

Avant d’accepter un montant en échange d’une de vos cartes, allez jeter un coup d’oeil sur eBay. Vous devez vous inspirer des prix que vous y trouverez pour être pris au sérieux.  

Encore une fois, monitorez les prix souvent : «les prix sur eBay aujourd’hui ne seront pas nécessairement les mêmes demain», dit Patrick. 

3. Renseignez-vous pour identifier les joueurs qui passent sous le radar  

Lorsque l’intérêt se dirige vers un joueur spécifique, un bon collectionneur ne se précipitera pas comme tout le monde sur ce dernier et tentera plutôt d’aller chercher ceux qui ne sont pas mis de l’avant. Plus facile à dire qu’à réaliser. «Il faut sortir des sentiers battus», résume-t-il. 

Des connaissances approfondies dans le domaine aident grandement. Pour vous donner une idée, Patrick Brisson passe de trois à quatre heures par jour à analyser le marché, les performances des joueurs et les prix de revente. Une routine similaire à ce que fait un investisseur en Bourse. 

4. Vérifiez l’identité du vendeur  

Comme pour toutes transactions entre particuliers, prenez garde aux fausses annonces : elles sont communes dans le milieu! Si vous voulez acheter en ligne directement à un particulier, Patrick vous suggère de lui demander s’il a des personnes qui se portent garant de lui. 

Autrement dit, assurez-vous que d’autres personnes lui font confiance. 

5. Ne pas jouer l’argent de son loyer  

Pour Patrick, c’est clair : agrandir sa collection doit se faire avec modération. Son truc : se donner un budget et le respecter. 

Le propriétaire d’expérience voit des tonnes de gens défiler dans sa boutique, avides de conseils. S’il a vu des belles réussites, il a aussi vu des collectionneurs avec des problèmes d’argent. 

«Vous savez, il n’y a pas si longtemps, tout le monde se mettait à jouer au poker en ligne pour faire comme Jonathan Duhamel. Jonathan (un joueur professionnel de poker) a passé beaucoup d’heures à pratiquer, à étudier son art et à analyser son adversaire. Il a travaillé très fort», conclut-il. 

À lire aussi

Et encore plus