Cet arrêt de bus de Québec est vraiment triste | 24 heures
/misc

Cet arrêt de bus de Québec est vraiment triste

Image principale de l'article Cet arrêt de bus de Québec est vraiment triste
Photo et montage Michaël Labranche

Attendre le bus à cet arrêt de la rue Frank-Carrel, à Québec, est une épreuve émotionnelle en soi.

• À lire aussi: J’ai fait mes adieux à «l’orme au boulet» du Vieux-Québec

• À lire aussi: Un beau dentier retrouvé dans les rues de Québec

Ce n'est pas rien, il s'agit officiellement de l'arrêt de bus le plus désolant en Amérique du Nord. 

Eh oui, Québec a finalement remporté les grands honneurs du concours annuel organisé par Streetsblog USA. La Vieille Capitale était en finale contre un arrêt de Staten Island, à New York. 

Quand on a vu que Québec était en lice pour cette compétition, on s’est dit une seule chose: on doit vivre l’expérience jusqu’au bout. 

C'est pour cette raison que nous y sommes allés, à la fin du mois de mars, pour vous faire un compte rendu. 

Journée grise

Arrivés sur place, pas le choix de constater la désolante scène qui se déroule sous nos yeux: l’arrêt est vraiment là et il fait le même effet que les détraqueurs dans Harry Potter

C’est peut-être parce qu’il fait un peu froid et que c’est une journée grise, aussi. 

À quelques mètres, des centaines d’autos circulent sur l’autoroute Charest. En faisant une rotation de 180 degrés, on peut magasiner des portes et fenêtres. Tant de symboles pour nous dire de quitter et d’évacuer les lieux. 

Rêve-t-on? Serait-ce les célèbres limbes? Sommes-nous entre deux mondes? 

Non, nous sommes sur Frank-Carrel, une artère commerciale qui transpire la mélancolie. 

Les deux pieds sur le béton, pas le choix de l’avouer, on est triste. Des autos passent devant nous, mais heureusement, nous sommes protégés par une aire rayée. 

On constate que l’été, le bord de la route fait aussi office de piste cyclable. Parions que les gens pédalent plus vite dans ce segment qui étouffe le bonheur. 

Comble de l’ironie: l’arrêt de bus est encerclé par des concessionnaires de roulottes et de voitures. Tout est fait pour ne pas rester là. 

Sur le terre-plein, une canette d’alcool du style Smirnoff Ice écrasée jonche le sol, tels nos rêves brisés par notre expérience à ce triste arrêt d’autobus. Comme nous, elle pétillait et avait un goût sucrée. Elle est maintenant complètement vidée et délaissée.

Sans farce, on souhaite qu’il gagne le concours, cet arrêt, parce que c’est vrai qu’il est désolant. 

Ailleurs sur le Sac de chips:   

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus