Google Maps va bientôt afficher les trajets les plus écologiques | 24 heures
/environment

Google Maps va bientôt afficher les trajets les plus écologiques

Image principale de l'article Google Maps proposera les trajets les plus écolos
AFP

Google a annoncé mardi plusieurs améliorations à son service de cartographie Maps, dont l’affichage automatique des trajets permettant aux utilisateurs d’optimiser leur empreinte carbone.

Qu'est-ce que vous proposera Google?

«Prochainement, Google Maps proposera donc par défaut l’itinéraire le moins émetteur de CO2 lorsque cet itinéraire donne sensiblement la même heure d’arrivée que l’itinéraire le plus rapide», écrit dans un communiqué Dane Glasgow, vice-président responsable des produits chez Google Maps.

«Si l’itinéraire plus écologique risque d’augmenter le temps de trajet de façon notable, vous aurez la possibilité de comparer l’impact carbone relatif des deux itinéraires avant de faire votre choix», ajoute-t-il.

Google précise qu’il sera toujours possible d’afficher uniquement l’itinéraire le plus court en modifiant les préférences dans les paramètres de l’application.

Comment Google va déterminer quel itinéraire est le plus écolo? 

Pour mettre au point ce nouvel outil, le groupe californien dit avoir collaboré avec le laboratoire National Renewable Energy Lab du ministère américain de l’Énergie.

AFP

Le géant de l’internet s’est appuyé sur de multiples facteurs comme «le degré de pente d’une route ou les ralentissements dus aux embouteillages».

Le service sera-t-il proposé au Québec? 

Pas au début. «Les itinéraires plus écologiques commenceront à être proposés aux États-Unis dans le courant de l’année, avec à terme une couverture mondiale», précise M. Glasgow.

D'autres fonctionnalités 

Dans les prochains mois et dans le monde entier, Google Maps va aussi indiquer quels modes de transport sont les plus écologiques pour se rendre quelque part.

Parmi les autres innovations présentées par Google Maps, le service a développé une fonctionnalité aidant à se guider à l’intérieur d’un bâtiment grâce à l’outil Live View et qui est déjà disponible dans certains centres commerciaux de grandes villes américaines (Chicago, Long Island, Los Angeles, Newark, San Francisco, San Jose et Seattle). Les aéroports devraient suivre.

L’application va aussi proposer un calque» pour prévoir ses sorties en fonction de la météo et de la qualité de l’air, qui sera lancé initialement aux États-Unis, en Inde et en Australie.

À lire aussi

Et encore plus