Les cinq bonnes nouvelles pour la planète | 24 heures
/environment

Les cinq bonnes nouvelles pour la planète

Les bateaux de croisière ne sont plus les bienvenues près de l’iconique place Saint-Marc à Venise, Montréal étend sa politique de compostage et une nouvelle taxe sur les avions polluants voit le jour en Suède. Voici cinq bonnes nouvelles pour la planète qui ont retenu l’attention dans les derniers jours.  

• À lire aussi: Un Québécois vend une de ses oeuvres pour 130 000$ US pour lutter contre les changements climatiques

• À lire aussi: Masques, plexiglas, blouses: il y a des solutions pour recycler les équipements de protection contre la COVID-19

Canada 

AFP

Au nom de «l’intérêt national», la taxe sur le carbone a été validée par la Cour suprême du Canada. L’Alberta, l’Ontario et la Saskatchewan s’opposaient à ce système de tarification imposé par Ottawa, mais la Cour est d’avis qu’une approche pancanadienne est essentielle pour lutter contre les changements climatiques. 

Italie 

AFP

Les paquebots ne pourront plus s’approcher du centre de Venise et devront temporairement se contenter du port industriel. La décision a été prise pour protéger les fondations de la célèbre ville italienne, mise à mal par les remous et vagues causés par les bateaux de croisière.  

Montréal 

Joël Lemay / Agence QMI

Le compostage s’étend enfin à Montréal, alors que les immeubles de neuf logements et plus, les commerces et certaines institutions seront desservis. La mesure sera implantée dans six arrondissements d’ici l’automne, et sur l’ensemble du territoire avant la fin de 2025, espère-t-on.

Arabie saoudite 

AFP

Plus de quarante dauphins ont été secourus en Arabie saoudite après s’être échoués sur le rivage en raison de vents violents. Coincées en eaux peu profondes, les bêtes ont été ramenées à bout de bras par les autorités locales dans les profondeurs de la mer Rouge.  

Suède 

AFP

La Suède veut mettre en place dans ses deux principaux aéroports un système de bonus pour les avions qui ont le meilleur impact climatique. Ce projet de loi prévoit faire payer davantage les compagnies aériennes au décollage et à l’atterrissage si leurs avions sont plus polluants. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus