Couvre-feu à 20h et commerces non essentiels fermés: Québec, Lévis et Gatineau «sur pause» pour 10 jours | 24 heures
/bref

Couvre-feu à 20h et commerces non essentiels fermés: Québec, Lévis et Gatineau «sur pause» pour 10 jours

Image principale de l'article Québec, Lévis et Gatineau sur pause pour 10 jours
Photo Stevens Leblanc

Couvre-feu ramené à 20h, commerces non essentiels refermés et télétravail obligatoire: à compter de demain, Québec, Lévis et Gatineau seront sur «pause» jusqu’au 12 avril. Voici ce qu'il faut savoir sur les resserrements annoncés mercredi par le premier ministre François Legault.

• À lire aussi: Le vaccin de Pfizer/BioNTech efficace à «100%» chez les 12-15 ans

s

Une «pause» de 10 jours à Québec, Lévis et Gatineau 

Voici quels sont les resserrements qui entreront en vigueur demain à Québec, Lévis et Gatineau  

  • Tous les commerces non essentiels seront fermés;   
  • Les écoles seront fermées;   
  • Le couvre-feu sera ramené à 20h;   
  • Le télétravail sera obligatoire.     

Des régions passent du rouge à l'orange   

L’Outaouais, la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent repassent en zone rouge, après quelques semaines en zone orange. 

Ce repassage en zone rouge signifie que les salles à manger des restaurants doivent refermer. 

Les resserrements sont plus stricts dans les trois villes mises sur pause. 

D'autres régions pourraient suivre   

Face à la progression des variants, d'autres régions pourraient se voir imposer des mesures plus sévères. 

«On ne peut pas exclure que dans d’autres régions, des mesures s’ajoutent», a insisté François Legault.

Attention au variant, insiste François Legault 

Le gouvernement Legault insiste: c’est le nouveau variant, beaucoup plus contagieux, qui explique la montée fulgurante à Québec, Lévis et Gatineau. 

«On ne doit pas faire de petites exceptions, il faut suivre les règles à la lettre. C’est comme ça qu’on va éviter les explosions de cas», a insisté le premier ministre. 

Un congé de Pâques qui inquiète  

Le premier ministre s'est dit inquiet à l'approche de la longue fin de semaine de Pâques, appelant les Québécois à ne pas organiser des partys. 

«Cette année il faut fêter chacun chez soi», a-t-il martelé. 

- Avec les informations de Charles Lecavalier et de l'Agence QMI

À lire aussi

Et encore plus