Ils sont aux commandes des médias sociaux de la STM | 24 heures
/panorama

Ils sont aux commandes des médias sociaux de la STM

s

Photoshopper des masques sur les wagons de métro, faire des jeux de mots avec les noms de station, embarquer dans les mèmes du moment: les gestionnaires de communauté de la Société de transport de Montréal (STM) multiplient les moyens pour être drôles et efficaces sur les médias sociaux. 

«On veut que tu voies passer nos publications dans ton feed et que tu fasses: “Kessé ça?”» résume le conseiller en relations publiques Fabrizio Barrios-Bazo. 

Humaniser les métros et les bus        

Avec les nouvelles mesures sanitaires, les couvre-visages ont été la thématique principale de la dernière année dans les publications de la STM. Sauf qu’à un moment donné, «il y a eu comme une fatigue au sein de notre communauté. Le message ne passait plus», raconte Anne Campagna, conseillère en communication. 

Comment faire passer le message en étant convaincant et sans être plate? 

Par l’humour, explique Fabrizio Barrios-Bazo. Il a eu l’idée de montrer des bus et des voitures de métro masqués. «On a choisi d’humaniser les métros et les bus pour dire que, si eux autres sont capables de porter le masque, vous aussi.» 

Collé à l’actu        

En janvier dernier, les deux gestionnaires de communauté ont participé au mouvement autour du «Bernie Sanders mittens meme». Ils en ont partagé une version à la sauce STM, en photoshoppant le politicien avec ses mitaines et son air blasé à l’intérieur d’un bus montréalais. 

Un bon gestionnaire de communauté doit suivre les tendances numériques et être capable de saisir l’air du temps. Voilà pourquoi, pendant le temps des Fêtes, Fabrizio et Anne ont décidé de créer un chandail laid de Noël de la STM sur lequel apparaissaient des jeux de mots comprenant des noms de station. 

Le chandail, que l'on pouvait gagner dans un concours, a eu un tel succès que des gens étaient prêts à l’acheter, se rappellent les deux employés de la STM. 

Faire appel à la culture populaire        

Certains messages corporatifs sont «parfois un peu secs», mentionne Fabrizio Barrios-Bazo. Faire appel à des codes de la culture populaire peut donc être un bon moyen pour rendre plus sexy une publication sur l’électrification des transports ou des essais techniques du métro.

«Ce serait facile de reprendre le communiqué, mais il faut toujours trouver le moyen de garder l’attention», précise Anne Campagna.  

Donner un aperçu des coulisses        

Les internautes sont aussi intéressés par les coulisses de la STM, notamment tout ce qui concerne les objets trouvés. 

Comme on peut s'en douter, il n'y a pas que des cartes Opus qui sont perdues par les usagers dans le métro. Anne Campagna raconte que la STM a déjà retrouvé une imprimante, un dentier et même un trophée. Ces objets sont entreposés à la station Berri-UQAM pendant quelques semaines, puis sont donnés à un organisme communautaire. 

Les deux gestionnaires de communauté disent pratiquer un métier où ils n’ont pas l’impression de travailler. «Des fois, je me dis: “Je suis vraiment payée pour faire ça, c’est vraiment le fun”», dit Anne Campagna. 

Fabrizio Barrios-Bazo apprécie le contact avec le public: «Quand tu “scrolles” dans le métro en t’en allant chez vous, c’est le fun de savoir que j’ai réussi à te faire rire un petit peu pour passer une meilleure journée.»

D'autres vidéos qui pourraient vous intéresser: 

s

s

s

À lire aussi

Et encore plus