Accusé d'agression sexuelle, un politicien australien démissionne après avoir «sexté» au parlement | 24 heures
/bref

Accusé d'agression sexuelle, un politicien australien démissionne après avoir «sexté» au parlement

  • Un politicien de la Nouvelle-Galles du Sud est accusé d'agression sexuelle  
  • Il aurait envoyé des sextos et sollicité des faveurs sexuelles en pleine session parlementaire  
  • Le député Michael Johnsen a annoncé sa démission, tout en rejetant les accusations   

Un politicien australien accusé d'agression sexuelle par une travailleuse du sexe a démissionné cette semaine. L'ancien député Michael Johnsen aurait aussi offert 1000$ à la femme pour des relations sexuelles et lui aurait envoyé une série de sextos et une vidéo obscène alors que le Parlement de la Nouvelle-Galles du Sud siégeait.

Sans nommer M. Johnsen, une députée avait révélé, la semaine dernière, qu’un membre du parlement faisait l’objet d’une enquête policière depuis six mois pour des allégations d’agression sexuelle qui remontent à septembre 2019.

Quelques heures plus tard, Michael Johnsen avait avoué être la personne visée par les accusations, tout en niant les faits qui lui sont reprochés. 

À la suite de ces révélations rapportées par ABC News, le vice-premier ministre de l’État, John Barilaro, avait réclamé la démission du député. Après avoir abandonné son poste de secrétaire parlementaire, il a finalement démissionné de son poste de député mercredi. 

Dans un communiqué, Johnsen a confirmé sa démission, affirmant qu’il était un «humain imparfait», tout en qualifiant les allégations contre lui de «dévastatrices, injustes et sans fondement». Il s'est aussi dit victime de «harcèlement» de la part des médias.

À lire aussi

Et encore plus