Voici ce qui s'est passé cette semaine au procès de Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd | 24 heures
/bref

Voici ce qui s'est passé cette semaine au procès de Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd

Image principale de l'article Ce qui s'est passé au procès de Derek Chauvin
AFP

Le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd en mai 2020, est entré dans le vif du sujet lundi. Voici tout ce qu'il faut retenir des témoignages qui ont marqué la dernière semaine de ce procès suivi dans le monde entier.

La force utilisée contre George Floyd était «injustifiée»    

Le policier le plus expérimenté de la police de Minneapolis a livré, vendredi, un témoignage accablant, ne jugeant «absolument pas nécessaire» la force «mortelle» utilisée pour maîtriser l’Afro-Américain. 

Richard Zimmerman, policier depuis près de 30 ans, était appelé à témoigner au cinquième jour de ce procès. 

«Je suis le numéro 1 en ancienneté, je déteste le dire, mais c’est comme ça», avait déclaré en guise d’introduction ce haut gradé aux cheveux blancs, qui dirige l’Unité des homicides à Minneapolis et avait, à ce titre, supervisé les débuts de l’enquête interne ouverte après la mort de George Floyd. 

George Floyd était mort à l'arrivée des secouristes     

Le premier ambulancier arrivé pour secourir George Floyd a raconté, jeudi, l’avoir trouvé mort, avec plusieurs policiers «sur lui».

«Quand je suis arrivé, il était mort, et quand je l’ai déposé à l’hôpital, il était toujours en arrêt cardiaque», a déclaré Derek Smith. 

«Les agents étaient toujours sur lui quand je me suis approché», a raconté le secouriste, qui a immédiatement cherché le pouls de l’Afro-Américain au niveau de l’artère carotide. «Je n’en ai pas trouvé, j’ai pensé que le patient était mort.»

Une contention trop longue, dit l’ancien superviseur               

L’ancien superviseur de Derek Chauvin, David Pleoger, a déclaré, jeudi, que les agents auraient dû arrêter la contrainte alors que George Floyd n'opposait plus de résistance, rapporte le média américain Axios. 

Le sergent retraité a soutenu qu'il a appris que Chauvin avait mis son genou sur le cou de George Floyd le soir de l'arrestation. L'accusé ne lui aurait pas révélé combien de temps il avait gardé son genou sur le cou de Floyd, indique le média. 

Le policier blanc était resté agenouillé sur le cou du quadragénaire afro-américain pendant huit minutes et 46 secondes. 

Derek Chauvin avait appelé son superviseur à la suite de l'arrestation pour lui dire que George Floyd «était fou», a révélé une vidéo de l’intervention présentée aux jurés. 

David Pleoger a finalement affirmé qu'une répartitrice du 911 l'avait appelé avant qu'il ne parle à Derek Chauvin. Elle se disait préoccupée par le déroulement de l'arrestation. 

La petite-amie de George Floyd témoigne   

La petite-amie de George Floyd de 2017 jusqu'à sa mort, Courteney Batya Ross, a témoigné au quatrième jour des plaidoiries. Très émue, la mère de deux enfants a dépeint un homme «plein d’énergie», «doux» et avec qui la vie était «une aventure».

Elle a révélé que Floyd et elle étaient dépendants aux opioïdes. Floyd avait fait une surdose en mars 2020 et aurait été hospitalisé.

AFP

L’avocat de l’accusé, Me Eric Nelson, a tenté de faire valoir l’argument selon lequel la dépendance et les problèmes de santé de George Floyd auraient contribué à son décès. Courteney Batya Ross a d’ailleurs été questionnée plusieurs fois par la défense à ce sujet. 

Les derniers moments de Floyd visionnés             

Le témoignage d'un caissier d'épicerie

Les derniers moments de George Floyd ont été présentés à la cour mercredi. Christophe Martin, un caissier de 19 ans qui travaille à l’épicerie Cup Food, que Georges Floyd a visitée tout juste avant sa mort, a livré son témoignage. 

Il a raconté que Floyd avait acheté un paquet de cigarettes avec un faux billet de 20$. Après avoir parlé à son superviseur, il est sorti à l'extérieur du commerce pour retrouver Floyd et lui demander de revenir à l'intérieur. Floyd, qui était dans sa voiture stationnée près de l'épicerie, a refusé de le suivre. Un de ses collègues a alors appelé la police. 

Dans une vidéo présentée au jury, on voit Christopher Martin sortir du magasin alors que Georges Floyd est plaqué au sol. Il a dit avoir ressenti de la «la culpabilité». 

«Si je n’avais pas pris le billet, tout ça aurait pu être évité», a-t-il affirmé. 

George Floyd est demeuré au sol avec le genou de Derek Chauvin sur la gorge pendant 8 minutes et 46 secondes, sans que personne ne bouge. Il a dit plusieurs fois aux policiers qu’il ne pouvait pas respirer. Quand les ambulanciers sont arrivés, il était mort.

Captures d’écran, AFP

George Floyd est demeuré au sol avec le genou de Derek Chauvin sur la gorge pendant 8 minutes et 46 secondes, sans que personne ne bouge. Il a dit plusieurs fois aux policiers qu’il ne pouvait pas respirer. Quand les ambulanciers sont arrivés, il était mort.

Une vidéo de l'intervention

Une vidéo de l’intervention filmée par la caméra corporelle de Derek Chauvin a aussi été présentée. 

Dans la vidéo, on entendait Charles McMillian, un citoyen appelé à témoigner mercredi, rapporte CNN. Ce dernier a notamment supplié Georges Floyd de «rentrer dans la voiture», lui disant qu'il ne pouvait pas gagner contre les policiers. 

Charles McMillian s’est effondré en larmes après le visionnement de la vidéo. Il a confié s'être senti «impuissant» face à la situation. 

Des témoins émus et plein de regrets               

Une technicienne médicale du Service des incendies de Minneapolis, qui était présente lors de l'intervention meurtrière, a été entendue mercredi. Genevieve Hansen affirme avoir demandé aux policiers de vérifier le pouls de Gorge Floyd. Elle était inquiète pour la santé du quadragénaire. «Il ne bougeait plus et il était menotté», s’est-elle rappelée. 

«La première chose qui m'a préoccupée, c'est son visage qui était écrasé sur le sol. Il était enflé. Il m'a paru enflé», a raconté celle dont les propos ont été repris par CNN. 

Elle a raconté s’être identifiée à l’un des officiers pour pouvoir apporter des soins à George Floyd. Un policier lui aurait dit de ne pas «s’impliquer». 

Genevieve Hansen a dit regretter de ne pas avoir appelé le 911 plus rapidement.

Rappel: un procès très suivi              

Derek Chauvin, 45 ans, est jugé pour meurtre et homicide involontaire, pour avoir placé son genou pendant près de neuf minutes sur la nuque de George Floyd, plaqué au sol sur le ventre et menotté, qui avait fini par perdre conscience après avoir crié à de multiples reprises qu’il ne pouvait pas respirer.

Derek Chauvin

Photo d'archives, AFP

Derek Chauvin

Le procès est retransmis en direct par plusieurs grands médias américains et fait l'objet d'une grande couverture aux États-Unis et partout dans le monde. 

Le jury de douze membres devra se prononcer de façon unanime. Le procès, qui reprendra lundi, doit se poursuivre deux ou trois semaines et les jurés devraient rendre leur verdict vers la fin avril ou au début mai.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus