Les non-pratiquants et les croyants se rencontrent à l’oratoire Saint-Joseph pour se ressourcer | 24 heures
/panorama

Les non-pratiquants et les croyants se rencontrent à l’oratoire Saint-Joseph pour se ressourcer

Dimanche de Pâques

L’oratoire Saint-Joseph de Montréal est ouvert au public et aux fidèles où des messes pouvant accueillir 250 personnes ont eu lieu le dimanche de Pâques 4 avril 2021.
CRÉDIT PHOTO CAMILLE LALANCETTE AGENCE QMI/24H

L’oratoire Saint-Joseph de Montréal est ouvert au public et aux fidèles où des messes pouvant accueillir 250 personnes ont eu lieu le dimanche de Pâques 4 avril 2021.

Fervents croyants ou simplement pratiquants des traditions de Pâques, les chrétiens venus célébrer dimanche la résurrection de Jésus-Christ sont repartis de l’oratoire Saint-Joseph porté par de sages paroles d’espérance, avec une pensée pour la crise sanitaire qui secoue le monde.

Si certains n’avaient pas accès aux messes parce qu’elles étaient complètes, d’autres chrétiens priaient et allumaient des lampions à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal le dimanche 4 avril 2021.

CAMILLE LALANCETTE AGENCE QMI/24H

Si certains n’avaient pas accès aux messes parce qu’elles étaient complètes, d’autres chrétiens priaient et allumaient des lampions à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal le dimanche 4 avril 2021.

«Je ne suis pas croyant, mais cette année j’avais besoin de ressourcement. On a allumé un lampion pour pas que les écoles ferment», explique Razvan Diaconescu accompagné sa conjointe Anne Marie Lagacé, rencontrés dans la chapelle votive – là où le Frère André fondateur de l’oratoire repose. Le couple et leur famille ont célébré avec le traditionnel repas de Pâques comme le cuisinait la mère d’Anne Marie, Pierrette Beaulieu, venue prier dimanche.

Razvan Diaconescu, Anne Marie Lagacé, Pierrette Beaulieu et Zachary Diaconescu se sont réunis à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal le dimanche de Pâques 4 avril 2021.

CAMILLE LALANCETTE AGENCE QMI/24H

Razvan Diaconescu, Anne Marie Lagacé, Pierrette Beaulieu et Zachary Diaconescu se sont réunis à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal le dimanche de Pâques 4 avril 2021.

Le passage d’Yvan Duplessis à l’oratoire était singulier puisqu’il y allait pour la première fois de l’année. «C’est la résurrection, c’est le printemps, tout se réveille», lance-t-il.
L’homme de 74 ans porte la foi à tous les plans de sa vie. «Je crois en Dieu, je crois à l’être qui a créé le monde entier. Je suis ressuscité, deux fois. J’étais mort. C’est la foi qui m’a sauvé», dit-il reconnaissant du Seigneur pour l’avoir gardé en vie après ses malaises cardiaques.

Yves Duplessis.

CAMILLE LALANCETTE AGENCE QMI/24H

Yves Duplessis.

La messe sans eau bénite 

Au plus bas niveau de l’oratoire Saint-Joseph, dans la crypte centenaire, le maximum de fidèles est établi à 250. Dispersés dans les 1000 places disponibles de la crypte, les chrétiens s’asseyaient paisiblement bercé par la musique solennelle de l’imposant orgue au fond de la pièce.

Le diacre s’est adressé à la foule, le père Jérôme José a pris place derrière l’autel ponctué par l’accueil spontané des 250 fidèles qui se sont levés tous en même temps.

Un banc séparait les groupes de fidèles.

CAMILLE LALANCETTE AGENCE QMI/24H

Un banc séparait les groupes de fidèles.

Entre lectures et chants liturgiques, le père a mentionné la période difficile que vivaient les croyants. «Depuis que la pandémie a frappé le monde, certains peuvent vivre dans la peur de la mort», a-t-il commencé avant d’enchainer sur la force de la résurrection du Seigneur. «C’est la lumière de l’espérance», rassure-t-il.

Pour éviter une quelconque contamination, le père José n’a pas aspergé les croyants d’eau bénite et les hosties étaient déposées dans la paume au lieu d’être déposées sur la langue. Les fidèles glissaient subtilement leur rondelle de pain sous leur masque chirurgical bleu obligatoire.

La dizaine de messes offerte en français, anglais et espagnol n’ont pas tardé à se remplir.

À lire aussi

Et encore plus