Le fils de Joe Biden dit avoir probablement fumé du parmesan dans ses sombres années | 24 heures
/misc

Le fils de Joe Biden dit avoir probablement fumé du parmesan dans ses sombres années

Image principale de l'article Hunter Biden dit même avoir déjà fumé du parmesan
Photo AFP

Hunter Biden, le fils de Joe Biden, s’est ouvert sur ses problèmes de dépendances aux drogues, entre autres, lors d’une émission matinale dimanche matin.

• À lire aussi: À des noces, Trump détourne un discours pour chialer contre Biden

• À lire aussi: [VIDÉO] Joe Biden s'enfarge «solide» dans l'escalier d'Air Force One

L’homme d’affaires de 51 ans était en entrevue à CBS Sunday Morning pour parler de sa nouvelle autobiographie, Beautiful Things, qui sort ce mardi en librairie. 

Photo AFP

Visiblement, l’enfant du 46e président des États-Unis n’a pas eu une vie sans excès. 

«J’ai passé du temps à quatre pattes en train de fouiller dans des tapis et fumer tout ce qui pouvait ressembler à un peu de crack. J’ai probablement fumé plus de parmesan que tout le monde que tu connais. J’ai déjà passé 13 jours sans dormir, un moment donné, à fumer du crack et à boire de la vodka tout le long», a-t-il confié.

Son livre traite principalement de sa relation avec les substances, selon ce que rapporte Syracuse

On y apprend, entre autres, que Hunter est déjà entré en thérapie à plusieurs reprises pour combattre ses démons. Il a acheté pour la première fois de la cocaïne à 18 ans, et a commencé à boire à l’école secondaire. 

La mort de son frère Beau, en 2015, l’a replongé dans la consommation abusive de vodka. Son père — qui est Joe Biden, on le rappelle — serait lui-même intervenu en lui rendant visite à son appartement, à l’insu de sa protection, puisqu’il était toujours vice-président sous Barack Obama. 

C’est en 2019, grâce à sa femme Melissa, qu’il aurait réussi à remettre sa vie sur le droit chemin. Entre-temps, il a eu une relation avec Hallie, la veuve de son défunt frère Beau. 

Ailleurs sur le Sac de chips:   

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus