Un client de 40 ans est mort, plus de 400 infections: ce qu'il faut savoir sur l'éclosion du Méga Fitness Gym | 24 heures
/bref

Un client de 40 ans est mort, plus de 400 infections: ce qu'il faut savoir sur l'éclosion du Méga Fitness Gym

Image principale de l'article Un client de 40 ans du Méga Fitness Gym est mort
Photo Stevens Leblanc
  •  Un client âgé de 40 ans du Méga Fitness Gym de Québec serait mort de la COVID-19   
  • Un nouveau bilan fait état de 195 cas directs et 224 cas secondaires liés à cette éclosion  
  • Le Bureau du coroner a ouvert une enquête pour comprendre les circonstances entourant ce décès   

Un client âgé de 40 ans du Méga Fitness Gym de Québec, lieu d'une éclosion majeure, serait mort de la COVID-19, nous apprend Le Journal.

• À lire aussi: Les gyms referment en zone rouge 

• À lire aussi: Le port du masque obligatoire dans tous les milieux de travail dès demain

Étienne Desrochers-Jean serait mort de la COVID-19 le 5 avril, alors qu’il se trouvait chez lui.

Étienne Desrochers-Jean, 40 ans, serait mort de la COVID-19 le 5 avril, alors qu’il se trouvait chez lui.

Photo courtoisie

Étienne Desrochers-Jean, 40 ans, serait mort de la COVID-19 le 5 avril, alors qu’il se trouvait chez lui.

Selon les informations du Journal, l'homme se serait rendu à l'hôpital le 3 avril en raison de difficultés respiratoires. 

On apprenait mardi que l’éclosion du Méga Fitness Gym était responsable de 193 cas directs dans la région de la Capitale-Nationale. 

Plus de 400 cas liés au gym   

Plus de 400 personnes ont été touchées directement ou indirectement par l’éclosion du Méga Fitness Gym, à Québec, selon le dernier bilan de la Santé publique de la Capitale-Nationale.    

  • 195 cas directs    
  • 36 éclosions dans d'autres milieux    
  • 224 cas «secondaires»       

Une enquête du coroner    

Le Bureau du coroner a annoncé qu’une enquête avait été déclenchée pour comprendre les circonstances entourant ce décès.

Le propriétaire s’expose à des poursuites  

Le propriétaire du Méga Fitness Gym, Dan Marino, s’expose à des poursuites au civil ou criminelles, selon l’avocat François-David Bernier, qui s'est entretenu avec Le Journal

M. Marino pourrait en effet faire face à une poursuite en dommages ou à une action collective qui regrouperait toutes les personnes contaminées, qui pourraient réclamer un dédommagement après avoir attrapé la COVID-19 dans son gym. 

– Avec les informations de Francis Pilon, de Nicolas Saillant et d'Elisa Cloutier, Le Journal

À lire aussi

Et encore plus