Des mariés et leurs invités enfermés dans un stade pour avoir enfreint les règles sanitaires | 24 heures
/bref

Des mariés et leurs invités enfermés dans un stade pour avoir enfreint les règles sanitaires

Des jeunes mariés au Rwanda ont dû passer la soirée de leur mariage dans un stade abandonné en compagnie de leurs proches, après que les autorités eurent interrompu leurs célébrations nuptiales en raison de la COVID-19 dimanche dernier.

Des images, partagées par une chaîne de télévision rwandaise, montrent des dizaines d’invités, de même qu’une mariée vêtue de sa robe et de son voile, assis dans les gradins d’un stade vide.

Selon la BBC, les forces de l’ordre de Kigali, la capitale du Rwanda, auraient ainsi brusquement mis fin à au moins trois noces ce dimanche de Pâques, puisqu’elles excédaient le maximum de 20 invités. Les convives ont ensuite été transportés et isolés dans des installations sportives désertes pendant plusieurs heures.

L’une des mariées, interrogée par le diffuseur britannique, a affirmé que ce confinement atypique le soir de son mariage était «un mauvais souvenir qui ne s’effacera jamais de sa vie».

«Infliger de la douleur et faire honte aux gens comme ça ne nous fera pas craindre [le coronavirus] ou suivre les mesures [de santé publique]», a-t-elle ajouté.

Bien que défendue par les autorités, la décision d’enfermer les nouveaux mariés et leurs invités dans un stade pour la soirée a été critiquée par plusieurs internautes sur les réseaux sociaux, qui ont trouvé le tout excessif.

Ce type de détention en temps de pandémie ne semble d’ailleurs pas nouveau au Rwanda. Déjà, en avril 2020, l’organisme Human Rights Watch signalait que le pays d’Afrique de l’Est avait pris l’habitude de détenir des individus dans des stades de façon arbitraire afin de contrer la COVID-19.

Cela n’a toutefois pas empêché le Rwanda d’être salué dans le monde pour sa gestion de la crise sanitaire. À ce jour, le pays a enregistré un peu plus de 23 000 cas de COVID-19 et 314 décès, pour une population de près de 13 millions d’habitants.

À lire aussi

Et encore plus