Elle aménage des villes en fonction du climat de demain | 24 heures
/environment

Elle aménage des villes en fonction du climat de demain

Catherine Perras
Dominick Gravel/Agence QMI

Catherine Perras

Un quartier détruit par une inondation, c’est une petite tragédie pour les gens qui y habitent. Mais c’est aussi une occasion pour la ville de réaménager son espace pour qu’on puisse y vivre de façon plus verte : c’est le défi que relève au quotidien Catherine Perras, conseillère en aménagement et urbanisme chez Vivre en Ville. On lui a parlé dans le cadre d'un dossier sur les métiers verts.

• À lire aussi: Cette biologiste met la main à la pâte, directement dans le fleuve

• À lire aussi: Il restaure des bâtiments affectés par des événements météo extrêmes

• À lire aussi: Son métier : chiffrer la valeur de la nature pour mieux la protéger

Le printemps rime tristement avec inondations, et comme de fait, l’experte travaille actuellement avec une municipalité qui a été inondée en 2019*.  

«Les inondations ont vraiment touché le cœur du noyau villageois, raconte Catherine Perras. Il y a beaucoup de résidences qui ont dû être démolies. Donc là, [les résidents] se retrouvent avec plein de terrains vacants et ce n’est pas vraiment durable pour la municipalité de laisser ça comme ça.» 

Évidemment, l’idée n’est pas de reconstruire la même chose à la même place et de se retrouver encore inondés l’an prochain : Catherine Perras réfléchit avec la Ville à un concept pour réaménager les terrains touchés en parc linéaire le long de la rivière, avec une piste multifonctionnelle pour relier des quartiers qui se sont trouvés déconnectés les uns des autres après les démolitions.  

Ce genre de réaménagement risque de devenir nécessaire dans d’autres municipalités au cours des années à venir : les inondations sont l’une des conséquences des changements climatiques auxquelles on doit s’adapter de plus en plus, rappelle la spécialiste. 

Catherine Perras

Dominick Gravel/Agence QMI

Catherine Perras

Moins d’autos, plus de commerces de proximité 

Le fait que les logements situés dans la zone inondable devront être reconstruits ailleurs donne également l’occasion de repenser la ville pour réduire la dépendance à l’automobile de ses résidents. 

• À lire aussi: Il faut plus d'étudiants dans les techniques et les DEP

• À lire aussi: Il ne faut pas oublier les travailleurs des industries polluantes

Dans des cas comme celui-là, Catherine Perras travaille justement à «créer des quartiers où il y a des activités, des commerces de proximité, une école à proximité, pour que les gens puissent se déplacer autrement qu’en automobile et réduire les émissions de GES». 

«Pour moi, tout ce qui est consolidation des milieux de vie, ça contribue à la lutte aux changements climatiques de manière vraiment structurante parce que toutes les actions qu’on fait sont là pour des décennies, soutient la conseillère en aménagement et urbanisme. C’est important de planifier dès maintenant parce qu’on sait que toutes les actions qu’on fait en aménagement vont être là pour vraiment longtemps.» 

*Comme les démarches sont toujours en cours, le nom de la municipalité ne pouvait pas nous être dévoilé. 

Des vidéos qui pourraient aussi vous intéresser: 

s

s

s

À lire aussi

Et encore plus