Qu’est-ce que le glyphosate, l'herbicide qui est maintenant interdit à Laval? | 24 heures
/environment

Qu’est-ce que le glyphosate, l'herbicide qui est maintenant interdit à Laval?

Image principale de l'article Laval interdit l'utilisation du glyphosate
AFP

Laval est devenue mardi la première ville au Québec à interdire sur son territoire l'usage du glyphosate, un herbicide qualifié de «cancérigène probable» en 2015 par l’Organisation mondiale de la Santé.

• À lire aussi: Transition verte: il ne faut pas oublier les travailleurs des industries polluantes

• À lire aussi: Le Kenya envahi par des vagues de millions de criquets pèlerins, les cultures détruites

Selon le communiqué de la Ville, «l’utilisation à but esthétique de pesticides sur la pelouse ou d’autres végétaux n’est plus permise en milieu urbain». Il y a cependant des exceptions, par exemple pour l'exploitation agricole et horticole. 

D’autres municipalités pourraient imiter Laval. Montréal l’interdirait «après la troisième vague» de la COVID-19, comme elle s’était engagée à le faire en 2019, rapporte Radio-Canada. 

Mais qu’est-ce que le glyphosate?

Selon Santé Canada, le glyphosate est un herbicide non sélectif à large spectre. Il combat de nombreuses mauvaises herbes annuelles, des mauvaises herbes vivaces, des broussailles ligneuses et des arbres envahissants. 

Il est homologué pour être utilisé sur plusieurs cultures, dont les aliments destinés à la consommation humaine ou animale, les plantes ornementales extérieures ou même le gazon.

Les produits contenant du glyphosate sont préparés sous forme de solutions, de pâtes ou de comprimés et peuvent être appliqués à l’aide d’un équipement au sol ou par voie aérienne. 

Pourquoi est-il toujours utilisé?

Puisque les utilisations de pesticides sont multiples, il peut sembler difficile, pour les villes, de les interdire sur leur territoire, croit Carl Poirier, fermier biologique et copropriétaire de la ferme HLF du lac Simon, en Outaouais. La décision de Laval pourrait toutefois inciter d'autres villes à agir, souhaite-t-il.  

Selon M. Poirier, l’utilisation de tels produits n'était pas suffisamment réglementée dans les dernières années, et ils pourraient avoir eu des effets néfastes sur la santé. «Les gens en utilisaient plein [des pesticides] et sans protection personnelle, sans masque, gants, etc.», déplore l'agriculteur. 

D'ailleurs, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a ajouté à la liste des maladies professionnelles le Parkinson, qui pourrait être provoqué par une exposition aux pesticides. 

Un pesticide qui fait jaser

En 2015, le glyphosate, qui serait l’herbicide le plus populaire sur le globe, avait fait les manchettes, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) l'ayant qualifié de «cancérigène probable».

En 2018, Monsanto, une filiale de la multinationale allemande Bayer, avait fait face à 90 000 poursuites aux États-Unis en raison de son produit RoundUp, un pesticide à base de glyphosate. Ces poursuites ont coûté près de 9,6 milliards de dollars à la compagnie. 

Avec l'Agence QMI

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus