Eau contaminée de Fukushima: un porte-parole chinois invite le vice-premier ministre japonais à la boire | 24 heures
/bref

Eau contaminée de Fukushima: un porte-parole chinois invite le vice-premier ministre japonais à la boire

Image principale de l'article Boire... l'eau contaminée de Fukushima?
AFP

Une fois traitée, l’eau contaminée de la centrale Fukushima est-elle assez «propre» pour qu’on puisse la boire?

C’est, du moins, ce qu’a affirmé mardi le vice-premier ministre du Japon, Tarō Asō, afin d’expliquer la décision de son gouvernement de rejeter plus d'un million de tonnes d'eau contaminée de la centrale nucléaire dans l’océan Pacifique.

«J’ai entendu dire que [l’eau traitée] ne nous fera aucun mal si nous la buvons», a-t-il soutenu lors d’une conférence de presse, rapportée par le journal japonais Mainichi Shimbun.

La déclaration est toutefois passée de travers du côté du gouvernement chinois, qui s’oppose vivement au déversement, jugeant que celui-ci était «extrêmement irresponsable» et qu’il allait «gravement nuire à la santé et à la sûreté publiques dans le monde, ainsi qu’aux intérêts vitaux des pays voisins».

L’un de ses représentants, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian, est toutefois allé encore plus loin, mercredi, en invitant le vice-premier ministre du Japon... à boire l’eau traitée de Fukushima pour prouver qu’il disait la vérité.

«L’océan n’est pas la poubelle du Japon et l’océan Pacifique n’est pas l’égout du Japon. Il ne devrait pas s’attendre à ce que le monde paie la facture pour le traitement de ses eaux usées. Un représentant du gouvernement japonais dit que l’eau est "correcte à boire", pourquoi ne prend-il pas d’abord une gorgée? Ils ne devraient pas faire semblant d’être ignorants», a-t-il dénoncé sur Twitter.

Sans grande surprise, comme l’a souligné Vice News, Tarō Asō n’a toujours pas répondu au «défi» lancé par le porte-parole chinois.

Cependant, le ministère japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie, lorsque contacté par le média numérique, a réitéré les propos de son vice-premier ministre, arguant que la fameuse eau pourrait en effet être bue sans risque.

«En se fiant seulement aux chiffres, c’est bien à l’intérieur des lignes directrices de l’OMS. Donc c’est certain que s’il en boit, il n’y aura pas de danger pour sa santé», a soutenu un porte-parole.

Peu importe l’issue de cette saga, soulignons que la décision du Japon de déverser plus d'un million de tonnes d'eau contaminée de la centrale Fukushima dans l’océan Pacifique a été dénoncée non seulement par la Chine, mais aussi par les pêcheurs et agriculteurs de Fukushima,
par la Corée du Sud et par Greenpeace, notamment.

– Avec les informations de l’AFP

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus