Il y a 75 ans, Jackie Robinson s'installait à Montréal | 24 heures
/panorama

Il y a 75 ans, Jackie Robinson s'installait à Montréal

Image principale de l'article Il y a 75 ans, Jackie Robinson arrivait à Montréal
Photo d’archives

Les fans de baseball soulignent le 15 avril comme étant la «journée Jackie Robinson», puisque c'est ce jour-là en 1947 qu'il est devenu le premier Afro-Américain à jouer un match de baseball professionnel, pour les Dodgers de Brooklyn.

• À lire aussi: BILLET - Les commentateurs sportifs des médias québécois sont très... blancs

Ce que plusieurs ignorent, c'est qu'un an plus tôt (donc il y a 75 ans cette année), il s'installait à Montréal pour jouer pour les Royaux en guise de préparation. Voici ce qu'il faut savoir pour comprendre le passage du joueur légendaire dans la métropole.

Photo AFP

De la ségrégation au baseball

  • En plein cœur de la ségrégation, dans les années 40, les Noirs ne peuvent pas jouer dans la Ligue majeure de baseball : ils sont restreints aux Negro leagues.
  • Après la Seconde Guerre mondiale, Jackie Robinson intègre l’équipe afro-américaine des Monarchs de Kansas City et c’est là qu’il se fait remarquer par Branch Rickey, propriétaire des Dodgers de Brooklyn à l’époque.
  • En 1946, pour tester ses aptitudes, Rickey envoie Robinson à Montréal, dans le camp d’entraînement des Dodgers, l'équipe des Royaux de Montréal. 

Accueil plus chaleureux à Montréal

  • Jackie s'installe donc à Montréal, au 8232 avenue de Gaspé (dans ce qui est aujourd'hui le quartier Villeray), avec sa femme Rachel, qui est enceinte à l'époque. 

Jackie Robinson et sa femme Rachel

Courtoisie Alain Choquette

Jackie Robinson et sa femme Rachel

  • Il joue son premier match le 18 avril, et reçoit un accueil plus chaleureux à Montréal qu'aux États-Unis, malgré les insultes racistes de ses adversaires américains sur le terrain. La Gazette de Montréal le surnomme même Colored Comet (la comète colorée). 
  • Lors du match qui permet aux Royaux de remporter la Petite série mondiale contre les Colonels du Kentucky, Jackie Robinson a été nommé le joueur le plus utile des Royaux. 

Courtoisie Alain Choquette

  • La foule est tellement en euphorie que le journaliste sportif montréalais Sam Maltin, qui travaillait pour le Montreal Star, écrit une phrase célèbre et révélatrice de l'époque : «C’est la première fois qu’une foule blanche court après un homme noir avec une volonté autre que le lynchage.» 
  • D’ailleurs, Sam Maltin se lie d’amitié avec Jackie Robinson -- on peut retrouver des lettres de correspondance datant de nombreuses années entre les deux hommes aux Archives de la Bibliothèque publique juive. 

Retour aux États-Unis

  • Après son passage à Montréal couronné de succès, Jackie Robinson est retourné aux États-Unis mener la carrière qu'on lui connaît. Aujourd’hui, devant son ancien domicile sur l'avenue de Gaspé, on peut retrouver une plaque commémorative en son honneur : sa femme était présente lors de la cérémonie d'inauguration, le 28 février 2011.

• À lire aussi: Le patineur montréalais Elladj Baldé publie des vidéos incroyables sur TikTok

Sources : The Canadian Encyclopedia, Juifs d'ici, The Globe and Mail

À lire aussi

Et encore plus