Photo nue d’un député: une enquête est déclenchée | 24 heures
/bref

Photo nue d’un député: une enquête est déclenchée

Image principale de l'article Photo nue d’un député: une enquête est déclenchée
Photo tirée de Twitter @BrianLilley
  • Le député William Amos s’est retrouvé nu devant sa webcam pendant la période de questions à Ottawa
  • Une enquête sera ouverte pour savoir qui a fait la capture d'écran
  • Un règlement de la Chambre des communes à Ottawa interdit de prendre des photos pendant les travaux parlementaires

Une enquête sera ouverte concernant l’affaire du député de Pontiac, William Amos, qui s’est retrouvé nu devant sa webcam pendant la période de questions à Ottawa sans le savoir. 

Une capture d’écran diffusée par un chroniqueur politique torontois, le montrant nu est en cause. Il n’a pas été établi qui a fait la capture d’écran.

• À lire aussi: Un député québécois flambant nu pendant la période des questions

• À lire aussi: Le monde entier rit du député québécois qui s’est fait prendre tout nu

L’image, sur laquelle on voit Amos nu entre les drapeaux du Québec et du Canada, un téléphone portable à la main, a abondamment circulé sur les réseaux sociaux.

Un règlement de la Chambre des communes à Ottawa interdit toutefois de prendre des photos pendant les travaux parlementaires.

Le député libéral Pablo Rodriguez s’est levé en chambre pour dénoncer le fait que cette photo avait circulé et il a demandé une enquête, ce qu’il a obtenu.

Le whip en chef du gouvernement, Mark Holland, n’excuse pas le geste de son collègue député, toutefois, il juge inacceptable l’acte d’avoir partagé la capture d’écran.

«Ceci n'entre pas dans le cadre d'une politique partisane normale ou acceptable. Il s'agit d'un acte cruel, mesquin et potentiellement criminel. Nous demandons l'aide de tous les parlementaires pour trouver les responsables et les obliger à rendre des comptes. Ce que le député de Pontiac et sa famille ont subi ne devrait jamais se reproduire», a-t-il déclaré par communiqué.

Le député Amos a présenté ses excuses sur Twitter. Le geste n’était pas intentionnel.

«C’était une erreur malheureuse. Ma vidéo a été allumée accidentellement alors que je me changeais en vêtements de travail après avoir fait du jogging. Je m’excuse sincèrement auprès de mes collègues de la Chambre des communes pour cette distraction involontaire. De toute évidence, c’était une erreur honnête et cela ne se reproduira pas», s’est défendu le politicien.

À lire aussi

Et encore plus