Le CRTC souhaite des forfaits de téléphone cellulaire moins chers | 24 heures
/portemonnaie

Le CRTC souhaite des forfaits de téléphone cellulaire moins chers

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) veut des forfaits de téléphonie cellulaire moins chers.

Dans une décision rendue jeudi, le CRTC force les grands fournisseurs de télécommunication du pays à vendre des accès aux réseaux sans fil aux plus petits joueurs régionaux, qui investissent dans la construction de réseaux afin d’augmenter la concurrence.

«Par conséquent, les fournisseurs régionaux qui investissent dans l’infrastructure de réseau et le spectre seront en mesure d’offrir des services concurrentiels à des millions de Canadiens à titre d’exploitants de réseaux mobiles virtuels dans les régions où la concurrence est limitée», a annoncé jeudi par communiqué le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Concrètement, avec une concurrence accrue, le prix des forfaits pourrait diminuer. Les trois grands joueurs nationaux qui sont visés par le CRTC: Bell Mobilité, Rogers et Telus.

D’ici le 14 juillet 2021, le CRTC souhaite aussi que ces gros joueurs «offrent des forfaits à bas prix et à usage occasionnel» partout au pays et qu’ils «en fassent la promotion». 

Voici un forfait à moindre coût  

  • Maximum 35$/mois      
  • Appels entrants/sortants et SMS illimités partout au Canada      
  • Possibilité d’envoyer et de recevoir des MMS      
  • Minimum 3 Go      
  • Apportez votre appareil            

Source: CRTC

Objectif

Ces nouvelles mesures annoncées par le CRTC pourraient permettre au fédéral d'atteindre l'objectif qu'il s'est fixé l'an dernier en matière de réduction du prix des forfaits cellulaires. 

«Depuis mars 2020, a déclaré le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, le gouvernement présente chaque trimestre un rapport sur les progrès réalisés à l’égard de l’objectif de réduction de 25%, sur deux ans, du prix des services sans fil pour les forfaits de données de deux à six gigaoctets.»

«Le message est clair: si ces options ne sont pas offertes aux Canadiens d’ici là, il devra considérer d’autres mécanismes réglementaires pour accroître la concurrence sur le marché et réduire le prix des services», a-t-il averti.

C'est un pas dans la bonne direction, alors que le Canada est parmi les pays dans le monde où les données mobiles sont les plus coûteuses

- Avec Raphaël Pirro, Agence QMI

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus