Une première tente fait son apparition au campement Notre-Dame | 24 heures
/homepage

Une première tente fait son apparition au campement Notre-Dame

Image principale de l'article Une première tente fait son apparition
ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Une première tente est installée tout près de l’intersection de la rue Notre-Dame et de la rue Frontenac à Montréal, soit à l’ouest de l’endroit où plusieurs personnes sans domicile fixe avaient implanté leurs tentes l’an dernier. 

Lors du passage du Journal samedi après-midi, personne n’habitait ladite tente.

Contacté à cet effet, le poste de quartier 23 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s’est dit au courant de la situation, mais nous a invités à contacter le Service des relations médias pour plus de détails. Au moment d’écrire ces lignes, Le Journal attendait leur retour ainsi que celui du cabinet de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Rappelons également que l’entretien du terrain revient à la Ville de Montréal, et ce, même si c’est le ministère des Transports du Québec (MTQ) qui en est le propriétaire.

Vers le scénario de 2020?

Jacques Brochu, un des campeurs présents l’an dernier, n’était pas au courant de cette nouvelle. Toutefois, il croit possible que d’autres tentes se posent sur la verdure située sur la rue Notre-Dame cet été. «La majorité à qui j’ai parlé va le faire, mais de façon très discrète», a-t-il dit.

L’homme croit que ce scénario surviendra si le gouvernement cesse de subventionner les différents lieux où dorment présentement les campeurs. L’un d’eux, l’Hôtel Place Dupuis à Montréal, continue ses opérations de refuge au moins jusqu’en mai.

Jacques Brochu réitère l’importance d’obtenir des logements abordables pour les personnes dans le besoin.

Selon les informations recueillies par TVA Nouvelles, d’autres tentes ont réapparu à différents endroits dans la métropole, soit près de la marina de Lachine et à l’angle de l’avenue du Parc et de l’avenue des Pins.

À lire aussi

Et encore plus