[VIDÉO] Une intervention musclée dans le métro suscite la controverse sur les réseaux sociaux | 24 heures
/bref

[VIDÉO] Une intervention musclée dans le métro suscite la controverse sur les réseaux sociaux

Image principale de l'article Controverse autour d'une intervention musclée

Une vidéo qui montre des inspecteurs de la Société de transport de Montréal (STM) usant de la force pour intervenir auprès d'une personne qui n’aurait pas payé son droit de passage dans le métro suscite la controverse sur les réseaux sociaux. 

Sur les images, on peut apercevoir un agent assener plusieurs coups de poing à une personne, alors qu’il tente de la maîtriser au sol à la station Jean-Talon du métro de Montréal. Dans la vidéo, on peut voir d’autres personnes intervenir dans la bagarre, alors que de nombreux cris résonnent dans la station. 

La vidéo de l'intervention musclée, survenue samedi, a été visionnée plus de 35 000 fois sur Twitter.   

«J’étais là et j’entendais crier et tout, mais j’étais de l’autre direction, donc je ne sais pas la raison de cette intervention», a écrit celui qui a publié la vidéo sur Twitter. 

Un agent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) intervient à la fin de la vidéo.

Clarification

Lundi, la STM a réagi à l'intervention qui est survenue samedi. «Comme c’est souvent le cas avec ce type de vidéos, on n’y voit pas l’intégralité de l’événement et des éléments qui ont mené à l’intervention», a écrit la STM dans un communiqué. 

Selon la STM, la personne aurait franchi les tourniquets sans payer son droit de passage. Il aurait ensuite refusé de collaborer et de s'identifier, et aurait pris la fuite vers la sortie. Après avoir poursuivi l'individu, les agents sont intervenus physiquement pour l'immobiliser. 

La personne aurait mordu à plusieurs reprises les inspecteurs du métro, «causant des blessures qui ont requis des soins d’urgence», soutient la STM. 

Une enquête interne a été ouverte pour «analyser l’ensemble des éléments et, notamment, l’usage de la force».

Le SPVM portera d’ailleurs une accusation de voies de faits causant des lésions corporelles.

À lire aussi

Et encore plus