Vous pourriez être diplômé en sport électronique d’une université américaine prestigieuse | 24 heures
/pop

Vous pourriez être diplômé en sport électronique d’une université américaine prestigieuse

Vous carburez aux jeux vidéo? Eh bien, dès 2022, vous pourriez réaliser une mineure en «esport» dans une grande université américaine, le tout pour vous préparer à une carrière dans le domaine des sports électroniques.

• À lire aussi: Jeux vidéo: viser la carrière de pro sans tout risquer, c'est possible

• À lire aussi: Les jeux vidéo donnent une nouvelle jeunesse aux tournois d'entreprise

Selon les premières informations fournies par l'Université du Michigan, la mineure, d'une durée d'un an, permettra notamment aux étudiants d'échanger avec les diverses plateformes d'esport, les différentes équipes et des experts de l'industrie. Dans leurs cours, les étudiants aborderont aussi de nombreux sujets, comme la relation entre l'esport et l'industrie du jeu vidéo. 

Pour mettre sur pied ce programme, l'Université du Michigan, qui est classée 22e au monde, a reçu un don de 4 millions de dollars du président et directeur général de l’entreprise Activision Blizzard, Robert Kotick. Activision Blizzard est le studio qui a développé les célèbres jeux Call of Duty, Candy Crush et World of Warcraft.

L’Académie Esports du Canada est heureuse de voir une grande université américaine ouvrir ses portes aux sports électroniques. «Si ça peut favoriser davantage de recherches crédibles sur l'esport, ce sera une excellente chose», croit l'entraîneur-chef Maxime Pelletier.

L'entraîneur-chef ne croit toutefois pas que l'obtention d'un tel diplôme soit la meilleure façon de percer dans le domaine du sport électronique. Selon lui, un «diplôme dans un domaine applicable [marketing, communication, ressources humaines, etc.]» serait plus adapté.

Selon les données comptabilisées par la firme Newzoo Global Esports et Live Streaming Market Report, l’industrie du sport électronique devrait rapporter plus de 1 milliard de dollars cette année et 1,6 G$ d’ici 2024. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus