2000 morts et 315 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures: ce qu’il faut savoir sur la situation en Inde | 24 heures
/bref

2000 morts et 315 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures: ce qu’il faut savoir sur la situation en Inde

Image principale de l'article Ça va mal en Inde: 2000 morts, 315 000 cas en 24 h
AFP
  •  L'Inde a rapporté plus de 2000 décès et près de 315 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, un record  
  • Le pays déplore désormais près de 185 000 morts de la pandémie et 15,9 millions de contaminations   
  • Les hôpitaux indiens sont aux prises avec de graves pénuries d’oxygène   

L’Inde a recensé près de 315 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, battant un terrible record mondial, alors que le Québec a rapporté son premier cas lié au variant indien. Voici tout ce qu'il faut savoir sur la situation catastrophique dans le pays qui est le deuxième au monde en nombre d'habitants.

Nombre record de décès et de contaminations   

Près de 315 000 nouveaux cas de COVID-19 ont été rapportés en Inde dans les dernières 24 heures, un bilan quotidien qu’aucun pays au monde n’avait jusqu’ici enregistré.

La deuxième vague épidémique, notamment imputée à une «double mutation» du virus et au maintien de rassemblements de masse qui ont favorisé les contaminations, a de nouveau mis en lumière la vétusté du système de santé indien.

L’Inde dénombre 15,9 millions de cas au total depuis le début de la pandémie, ce qui la classe deuxième parmi les pays les plus touchés, devant le Brésil où 14,12 millions de cas ont été enregistrés.

AFP

Mais le Brésil, avec ses 212 millions d’habitants, déplore quelque 381 000 morts, soit deux fois plus que l’Inde avec son 1,3 milliard d’habitants.

AFP

Au total, 2074 décès ont été recensés sur 24 heures en Inde, portant le bilan officiel de l’épidémie à près de 185 000 morts. La proportion des cas et des décès par rapport à la population est cependant nettement moindre en Inde que dans de nombreux autres pays.

Le «double mutant» arrivé au Canada et au Québec      

Cette recrudescence exponentielle, avec près de 3,5 millions de nouvelles contaminations depuis le début du mois, est notamment imputée à une «double mutation» du virus.

Ce nouveau variant, dont on enregistrait mercredi un premier cas en sol québécois, semble déjà bien implanté en Colombie-Britannique. La province de l’Ouest canadien compterait pas moins de 39 cas du «double mutant», le B.1.617.

Le variant indien, apparu en décembre dernier dans la province du Maharashtra, en Inde, représente plus de 60% des cas dans cette région depuis le mois de mars et est source d'inquiétude parce qu’il pourrait mettre à l’épreuve l’efficacité des vaccins.

Surnommé «double mutant», il porte le nom de B.1.617 et possède deux mutations clés: le L452R, qui peut aider le virus à échapper à certains anticorps de la vaccination, et l'E484Q, qui présente des similitudes avec l'E484K ayant contribué à rendre le variant sud-africain partiellement résistant aux vaccins, rapporte The Guardian.

Situation difficile dans les hôpitaux    

Plusieurs hôpitaux et cliniques de la capitale ont lancé un appel désespéré au gouvernement central pour qu’il fournisse d’urgence des réserves d’oxygène pour alimenter des centaines de patients placés sous ventilateur.

Mercredi, la capitale a reçu 500 tonnes d’oxygène, mais cet approvisionnement est bien inférieur aux 700 tonnes quotidiennes désormais nécessaires.

AFP

Le gouvernement de la mégapole de 25 millions d’habitants a accusé les États voisins gouvernés par le BJP, parti de l’administration nationale du premier ministre Narendra Modi, de retarder l’approvisionnement.

«Nous essayons de faire en sorte que chaque camion chargé d’oxygène atteigne les hôpitaux», a déclaré jeudi le premier ministre de Delhi, Arvind Kejriwal, précisant avoir demandé que de l’oxygène soit acheminé par avion depuis l’État d’Odisha (est).

Mercredi soir, la Haute Cour de Delhi avait ordonné au gouvernement d’assurer le passage en toute sécurité des fournitures d’oxygène des usines aux hôpitaux de l’Inde.

Voyages à l’étranger contrôlés   

Si le Canada n'a toujours pas coupé ses liaisons avec l'Inde, certains pays ont instauré des restrictions. 

 Les États-Unis déconseillent désormais les voyages en Inde, même aux personnes entièrement vaccinées. La Grande-Bretagne a ajouté l’Inde à sa «liste rouge». Hong Kong et la Nouvelle-Zélande ont interdit les vols.

À lire aussi

Et encore plus