Qu'est-ce que la Super Ligue, ce projet de ligue de soccer qui suscite la frustration des partisans européens? | 24 heures
/bref

Qu'est-ce que la Super Ligue, ce projet de ligue de soccer qui suscite la frustration des partisans européens?

Une ligue de soccer réunissant certaines des meilleures équipes européennes, comme Manchester United, le Real Madrid et la Juventus de Turin, est passée de héros à zéro en moins de deux jours, alors que la plupart de ses «nouveaux» membres ont quitté le projet. On vous explique pourquoi.

Contexte 

Lundi, le monde du foot est pris par surprise alors qu'est annoncée la création de la Super Ligue, une nouvelle ligue rassemblant 12 des clubs européens les plus puissants.

La Super Ligue promet encore plus de revenus à ses équipes transfuges, qui ont été durement frappées financièrement dans les derniers mois en raison de la pandémie de COVID-19. Dès la création de cette nouvelle ligue, les équipes se seraient partagé un magot de 3,5 milliards d'euros (plus de 5 milliards de dollars canadiens). 

Il faut dire que les ligues dans lesquelles évoluent ces clubs fonctionnent sous un système pyramidal de redistribution des ressources télévisuelles, ce qui ne plaît pas à tout le monde. 

Mécontentement 

Le projet a provoqué un séisme dans le monde du football. Quelques heures après l'annonce, des partisans anglais ont pris d'assaut les rues pour s'opposer à ce projet de ligue.

https://twitter.com/mhichem84/status/1384575070937522176

Pour la presse européenne, la guerre a été déclarée: «la guerre des riches», titre le quotidien sportif français L’Équipe. «C’est la guerre», écrit le tabloïd britannique Daily Express, tandis qu’en Espagne, AS parle d’«une bombe dans le football européen».

Même la Commission européenne conteste la création de cette ligue. 

Sur Twitter lundi, le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, écrit que «le projet de Super Ligue porté par une poignée de clubs de football parmi les plus riches en Europe est contraire aux valeurs européennes de “diversité” et d’“inclusion”». 

Même la chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, Emmanuel Macron, et le premier ministre anglais, Boris Johnson, s'en sont mêlés, dénonçant la création de cette ligue privée qui ferait compétition à l'Union des associations européennes de football (UEFA). 

Devant la controverse, la majorité des équipes ont décidé de faire marche arrière. En date de mercredi, les six équipes anglaises ont abandonné le projet, tout comme les trois clubs italiens et un club espagnol. Il ne resterait donc que deux équipes. 

- Avec L'AFP

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus