L'illustratrice Florence Rivest nous met la nature «dans la face» | 24 heures
/environment

L'illustratrice Florence Rivest nous met la nature «dans la face»

L'illustratrice Florence Rivest
Joël Lemay / Agence QMI

L'illustratrice Florence Rivest

Ce n'est pas juste parce que c'est beau que les montagnes, l'eau et les fleurs reviennent aussi souvent dans les illustrations de Florence Rivest. Comme bien des personnes de son âge, l’environnement est au cœur des préoccupations de l’artiste de 28 ans, et elle ne peut pas en faire fi dans son travail. Son but: créer un pont entre l’homme et la nature grâce à son art. 

• À lire aussi: Voici les nouveaux porte-paroles de l'environnement

• À lire aussi: BILLET - Écologie et féminisme doivent aller de pair

Florence Rivest a toujours su qu’elle voulait être artiste. Issue d’un milieu où l’art était peu encouragé, elle a atterri en design avant de bifurquer en illustration. Assez ironique pour une artiste qui a tout fait pour ne pas l’être, histoire de ne pas rendre ses parents tristes. 

«Ça m’a pris du temps de faire la paix avec ça, mais ce qui me fait bien vivre avec mon travail, c’est que j’ai l’impression d’avoir un impact concret chez les gens en leur mettant dans la face des images de nature», explique celle qui est illustratrice depuis trois ans et qui signe la Une du 24 heures cette semaine.

Une du 24 heures du 22 avril 2021, illustration de Florence Rivest.

Une du 24 heures du 22 avril 2021, illustration de Florence Rivest.

Son déclic est survenu pendant sa très courte expérience professionnelle en pub, où elle réalise qu’elle ne peut dissocier sa personne de son travail. 

«Je me suis mise à écrire des annonces pour une marque de pickups. Je me suis dit "Aye Flo ça se peut pas. Tu ne peux pas être autant préoccupée par le sort de la planète, faire de l’écoanxiété, ressentir un profond amour envers le territoire et faire partie de cette machine-là." C’est une question d’intégrité», explique l’artiste. 

• À lire aussi: L'écocolère l'a poussé à s'engager

• À lire aussi: Quand les médecins se mêlent de la crise climatique

Pour Florence Rivest, les plus belles métaphores humaines sont en lien avec la nature, et vice-versa. La fragilité, tant qu’humaine qu’environnementale, est au centre de ses créations. 

«C’est important de parler de nature à travers mon vécu. Je veux qu’on sente que ce n’est pas une représentation classique d’un paysage. [Quand je peins], c’est empreint du sentiment que j’ai vécu quand j’étais dans cet environnement.» 

La palette de couleurs garnie de tons chauds et vibrants d’ailleurs saute aux yeux quand on observe les créations de Florence Rivest.  

«Quand je vais en nature, je veux observer les couleurs et je veux prendre le temps les voir, les vivre et de retransmettre l’impact que ça peut avoir sur moi. Je ne peux pas ne pas parler de l’importance des couleurs. Ne me demande pas de faire quelque chose en noir et blanc, je vais être triste!» lance-t-elle en riant. 

Des vidéos qui pourraient vous intéresser:  

L'écologie et le féminisme doivent aller de pair  

s

Des mères vont au front pour l'environnement     

s

À lire aussi

Et encore plus